Seigneur de lumière
( 1 )
de Roger Zelazny
aux éditions Denoël ,
collection Présence du Futur
Genre : SF

Auteurs : Roger Zelazny
Date de parution : juin 1999 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 314
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Une croisade contre les dieux et le pouvoir des sciences

Difficile de présenter un auteur tel que Roger Zelazny en quelques lignes. Cet écrivain américain, né en 1937, est surtout connu pour sa série des Princes d’Ambre. Ce romancier appréciait écrire des récits épiques où des héros immortels doivent affronter des forces supérieures. Thème justement abordé dans Seigneur de Lumière, roman écrit en 1967. Dans ses livres, Zelazny aime exploiter les mythologies. Ici, il nous emmène dans celle de l’hindouisme.

Quand se côtoient sciences et religions...

Le décor de Seigneur de lumière se situe dans un monde où ceux qui détiennent les sciences sont des dieux et où les autres sont de simples ignorants vivant misérablement dans un cadre digne du Moyen-Âge. Ici, les dieux sont des surhommes assurant leur puissance par toutes sortes d’armes de hautes technologies. Mais le véritable secret de leur invulnérabilité vient de leur immortalité. Ils franchissent ainsi les barrières du temps en changeant de corps selon leur bon vouloir. Le peuple, lui, ne voit qu’en eux des êtres supérieurs et surnaturels. Ces petites gens vivent sous ce fanatisme. Sciences et inventions deviennent pour eux des interdits qu’il ne faut pas franchir, car la colère des dieux peut alors être redoutable, voire fatale. Pourtant un homme décide de se révolter. Connu sous les noms de Siddharta, Bouddha, Taghata ou bien tout simplement Sam, il se lance dans un combat à armes égales contre les dieux afin de restituer au peuple, les connaissances scientifiques qui lui reviennent de droit.

Un récit épique

Entre heroïc fantasy et science-fiction, le lecteur est noyé dans un livre mélangeant subtilement deux styles différents. Roger Zelazny joue avec le lecteur qui découvre en même temps deux mondes distincts : celui vu par les yeux du peuple, plongé dans le miracle (char volant, pouvoir, télépathie...) et celui vu par les dieux où règne la technologie (vaisseaux spatiaux, laser, téléphone, vidéo...). Chaque objet ou pouvoir a ainsi deux noms : un mythique et un scientifique.

On ne ressort pas indifférent de ce roman car Roger Zelazny à travers le combat de son héros, aborde divers sujets de notre siècle : problème du fanatisme religieux et pouvoir des religions quelles qu’elles soient (bouddhisme, hindouisme, christianisme...). Il met en garde également contre le pouvoir des sciences. Dans Seigneur de lumière, tous les styles littéraires se mêlent : aventure, science-fiction, philosophie... laissant un agréable souvenir, mais aussi un arrière-goût de malaise sur la possibilité de voir le monde devenir ainsi. Sciences et religions sont deux choses bien différentes, et pourtant, elles ont une foule de points communs.

Laure Ricote