Sergueï
( Eden Killer 1 )
de Christina Mormille et Jean-François di Giorgio
aux éditions Soleil ,
collection Hero
Genre : Espionnage
Sous-genres :
  • Fantastique

Scénariste : Jean-François di Giorgio
Dessinateur : Christina Mormille
Date de parution : septembre 2007 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Christina Mormille ou Jean-François di Giorgio

Une intrigue un peu convenue

Jean-François Di Giorgio s’est fait connaitre dès 1986 avec la série Munro. Il a ensuite scénarisé des séries d’aventures et historiques comme les fous de Monk ou Shane. Pour ce thriller d’espionnage teinté de surnaturel, il collabore avec la jeune italienne de 24 ans, Christina Mormile dont c’est le premier contrat en France.
 
Une enquête journalistique qui tourne mal.
 
Serguei est le fils du riche colonel russe Obelensky et sa petite amie Elena est journaliste. Lorsque des mystérieux intrus pénètrent dans plusieurs bases militaires et se volatilisent sitôt leurs forfaits accomplis, Elena flaire un scoop et encourage Serguei à lui prêter main forte dans sa quête d’informations. Mais l’enquête se révèle plus dangereuse que prévu alors que les intrus semblent s’autodétruire lorsqu’ils sont acculés.
 
Un concentré d’action
 
Eden Killer commence dans le vif du sujet avec une scène violente au nord de la Russie dans une base militaire. Dès le départ, espionnage, mystère et action sont déjà au rendez-vous. Organisations secrètes en Russie mélées d’espionnage, adeptes du secret et désireuses de faire taire les journalistes, de là, rien de très original.
 
Le trait de Christina Mormile est assez proche de l’esquisse et donne du dynamisme mais rend parfois un sentiment assez brouillon et inachevé et parfois un résultat assez séduisant.
 
Mais pour corser un peu l’affaire, J.-F. Di Giorgio décide d’introduire une donnée surnaturelle dans son intrigue avec l’auto combustion des commandos ennemis lorsqu’ils sont acculés. L’idée peut-être intéressante, un peu à la mode X-files, mais dans ce premier tome, on ne sent pas bien encore l’intérêt de cet aspect là de l’histoire. Peu d’éléments d’explication et beaucoup d’actions, on peine à se sentir vraiment concerné par ce mystère tant il parait anecdotique dans le récit.
On espère que l’intrigue gagnera en densité dans le second tome et que l’on restera un peu moins sur sa faim.

Stéphanie Morello-Fenouillet

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.