Sprague
( 1 )
de Rodolphe
aux éditions Mango ,
collection Autres Mondes
Genre : SF

Auteurs : Rodolphe
Couverture : Philippe Munch
Date de parution : octobre 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 176
Age minimum : 10 ans
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Rodolphe

À la recherche de la mer... voguant sur le sable

Si le surnom de Roldophe titille votre mémoire, c’est plutôt normal. Scénariste d’une centaine d’albums de bande dessinée, il a travaillé avec de nombreux dessinateurs : Léo pour les séries Kenya et Trent, Jacques Ferrandez pour Commissaire Raffini, Florence Magnin pour L’Autre Monde et Mary la Noire, Serge Le Tendre pour Taï Dor, etc. Certains scénarios ont marqué sa carrière et Rodolphe a ainsi, accumulé les prix : Bulle d’or du meilleur scénariste (1987), prix Jacques Lob du meilleur scénariste (1993)...

Certains pourraient trouver étrange de voir un livre jeunesse signé par ce scénariste. Et pourtant, il n’en est pas à son premier essai en littérature. Auteur d’une série policière : Les Enquêtes du commissaire Raffini, il a également écrit pour la jeunesse : La Petite Fille et la Mort (collection Les p’tits fantastiques de Magnard, 1998) ou La Maison haute (collection Les fantastiques de Magnard, 2002). Dans, Sprague, son premier roman de science-fiction, Rodolphe nous entraîne dans un futur où deux adolescents partent la recherche de la mer disparue.

Qui retient la mer ?

"Un jour, la mer s’était retirée et n’était pas revenue. C’était il y a deux ans. Elle s’était progressivement éloignée jusqu’à n’être plus qu’une ligne brillante, à l’Ouest, à l’horizon, puis avait disparu complètement."

Pip et Viv, jumeaux, veulent partir à la recherche de la mer. Ils savent que nombreux sont ceux qui sont partis et ne sont jamais revenus. Mais ce mystère, cette disparition inexpliquée, excite leur curiosité. Ils décident de convaincre le capitaine O’Norton, un marin aveugle et doté d’une sacrée trempe, de les emmener à bord de son bateau à roue, le Tapinoir. Direction : le plus à l’ouest possible. Le capitaine ne semble pas si facile à convaincre car nombreux sont les dangers qui guettent les audacieux : pirates, extra-terrestres, vers des sables... Pip et Viv arriveront-ils à retrouver la mer ?

Un décor surprenant mais une intrigue trop légère

Avec Sprague, Rodolphe propose au lecteur un décor surprenant, une sorte de négatif de Waterworld. Utilisant un vocabulaire imagé et de nombreuses métaphores, l’auteur entraîne le lecteur dans cet univers de désolation où l’eau manque cruellement. L’idée principale de l’intrigue est ingénieuse et tout ce que cette pénurie apporte, bien développé : les bateaux à roues, le sol craquelé ou boueux, l’adaptation de la population... On remarquera toutefois quelques erreurs. Par exemple, les algues ne peuvent survivre sans eau et dans ce monde, il ne peut donc y en avoir. De ce fait, il est impossible aux habitants de s’en nourrir ou d’en faire de l’alcool.

Malgré une idée de base futée, l’intrigue pêche cruellement. Trop linéaire, l’histoire est une accumulation de rebondissements qui sont sans rapport les uns avec les autres et qui parfois, donnent l’impression de tomber de nulle part. Ainsi, Pip et Viv se retrouvent face à des insectes extra-terrestres (y aurait-il une inspiration provenant de La Stratégie d’Ender d’Orson Scott Card ?). D’où viennent-ils ? Que font-ils sur Terre et pourquoi foncent-ils vers le mur ? Le lecteur n’en saura jamais rien. En fait, Rodolphe a une pléthore d’embryons d’idées et semble vouloir absolument les intégrer dans son récit. Mais malheureusement, limité par le nombre de pages, il ne peut les développer et aller jusqu’au bout de l’idée. Du coup, le lecteur reste souvent sur sa faim.

Ajoutez à cela, un dénouement trop simpliste où les héros sont juste spectateurs et doivent leur survie à la chance. Le lecteur referme le livre déçu, en se posant beaucoup trop de questions : qu’advient-il des habitants du mur (tous morts noyés normalement) ? Qui a construit ce mur et pourquoi ? etc. En bref, l’écriture de l’auteur semble avoir été brimé dans ce roman. Sprague aurait mérité d’être un roman plus long (pourquoi pas en plusieurs tomes) où Rodolphe aurait pu développer ses idées et les mener jusqu’au bout.

Laure Ricote

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.