Standard-Island
( Aquablue 14 )
de Reno et Régis Hautière
aux éditions Delcourt ,
collection Néopolis
Genre : SF
Sous-genres :
  • Ecologie

Scénariste : Régis Hautière
Dessinateur : Reno
Date de parution : octobre 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Reno ou Régis Hautière

Troisième volet d’un nouveau cycle sur Aquablue, à ne pas rater !

Régis Hautière est né en 1969. Après une maîtrise en philosophie et un troisième cycle en ingénierie de la connaissance, il a travaillé une dizaine d’années pour le festival BD d’Amiens. Depuis 2004, il a signé une vingtaine d’albums, notamment Le Dernier Envol (Paquet), Vents contraires et La Guerre secrète de l’espace (ces deux derniers chez Delcourt).

Reno est né en 1978. Il entre aux Arts décoratifs de Strasbourg, puis aux Gobelins à Paris, au département animation. Après un passage comme animateur 3D chez Sparks, il se lance dans la BD. On lui doit entre autres les dessins de Valamon (Delcourt). Il travaille aussi comme pour la société d’animation The bakery et réalise des illustrations pour la presse.

Une planète cible de toutes les convoitises

Alors que la colonisation humaine d’Aquablue se poursuit lentement mais sûrement, une nouvelle ère s’ouvre pour la planète bleue : celle du tourisme de masse. Un mystérieux armateur envisage de couvrir ses océans de gigantesques paquebots, véritables villes flottantes pouvant accueillir plusieurs milliers de passagers en quête d’exotisme et d’eaux translucides.
 
Si Nao et ses amis se montrent très sceptiques, certains natifs sont plus réticents encore, prêts à prendre les armes pour empêcher les Terriens de transformer leur planète en parc de loisirs.

Un nouveau cycle indispensable

Régis Hautière et Reno signent déjà le troisième volume de ce nouveau cycle de la série Aquablue : le scénariste et le dessinateur ont pris leurs marques, et le moins qu’on puisse dire est que ce nouveau tome ne s’essouffle pas ! On retrouve donc avec plaisir la planète qui a donné son nom à la série, et des héros qui ont bien grandi : Nao est beaucoup plus mature, notamment, comme ceux qui l’accompagnent. Le scénariste développe davantage l’arrière-plan politique ici, et les différents enjeux liés à la présence humaine sur Aquablue : méfiance, peur de l’autre, Régis Hautière s’attache à décrire des personnages fouillés et des événements aux ramifications complexes, dont on n’a pas fini de voir le bout... Les rebondissements sont parfaitement amenés, et le récit parfaitement maîtrisé prend une tonalité globalement plus sombre.

Ce souci du détail se retrouve dans le dessin de Reno : les planches magnifiques se succèdent, les décors sont de vraies réussites, et il arrive toujours à nous surprendre avec des vues vraiment splendides. Les personnages ne sont pas en reste, les expressions sont bien travaillées et permettent de transmettre les sentiments qui agitent les différents protagonistes. Un superbe travail qui ne faiblit pas d’un tome à l’autre, et qui complète à merveille le riche scénario de Régis Hautière.

Ce quatorzième volet confirme les bonnes impressions laissées depuis le début par cette nouvelle série, il serait dommage de s’en priver !
 

Tony Sanchez