Star Wars - Le Côté Obscur - Tome 15
de Juan Frigeri et Jeremy Barlow
aux éditions Delcourt
Genre : SF

Scénariste : Jeremy Barlow
Dessinateur : Juan Frigeri
Couleurs : Wes Dzioba
Encrage : Mauro Vargas
Date de parution : novembre 2016 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 96
Titre en vo : Star Wars : Darth Maul - Son of Dathomir
Parution en vo : 2014

Lire tous les articles concernant Juan Frigeri ou Jeremy Barlow

Un épisode dispensable

L’univers de Star Wars a été exploité jusqu’à la moelle : on ne compte plus le nombre de romans et comics publiés depuis la sortie de la première trilogie, sans parler des autres produits dérivés... Disney ayant racheté LucasFilm à George Lucas, l’univers étendu s’est retrouvé réduit à peau de chagrin (on continue toutefois d’exploiter le filon sous le label Légendes), autour des différents films et des séries produites par la firme à la souris. Star Wars Le Côté Obscur se situe dans cette veine, en racontant des événements ayant eu lieu au moment de la guerre des clones.

Le crime ne paie pas

Le redoutable Dark Maul a miraculeusement survécu à son combat contre Qui-Gon Jinn et Obi-Wan KEnobi. Sauvé par les sorcières de Dathomir, il bâtit ensuite un syndicat du crime appelé le Collectif des Ombres, afin de se venger de tous ses ennemis.
 
Le problème est qu’il attire l’attention de son précédent maître, Dark Sidious... quels plans machiavéliques ce dernier destine-t-il à son ancien apprenti ?
 
Un récit classique

Déjà le quinzième tome de cette série qui s’intéresse plus particulièrement aux « méchants » de la saga Star Wars, avec plus ou moins de réussite selon les épisodes et les personnages. Dark Maul est ici à l’honneur, et il aurait peut-être mieux valu qu’il reste l’énigmatique personnage vaincu dans La Menace Fantôme. Car même s’il manquait d’épaisseur dans le film, l’aura de mystère qui l’entourait avait le mérite de titiller la curiosité. Il s’avère être au final assez peu intéressant, constamment manipulé par plus retors que lui.

L’accent est en fait davantage mis sur les manigances de Dark Sidious et de ses sbires, pour un résultat pour le moins mitigé... à la limite du ridicule parfois, quand on voit la somme de moyens mis en œuvre ! Les dessins sont corrects et fidèles au design des films, avec des scènes d’action lisibles et bien rendues. Le tout se lit sans déplaisir, avec quelques références que les fans apprécieront, mais cet épisode reste tout de même assez anecdotique. Dark Maul manque de charisme, et se retrouve éclipsé par plus méchant que lui, ce qui est un peu dommage pour un volume censé lui être consacré.
 
Un volet dispensable de la saga, à réserver aux fans.
 

Tony Sanchez