Steamboy, tome 1
( Steamboy 1 )
de Katsuhiro Ōtomo
aux éditions Glénat
Genre : Manga
Sous-genres :
  • Uchronie

Auteurs : Katsuhiro Ōtomo
Traduction : Pierre Fernande
Date de parution : janvier 2010 Inédit
Langue d'origine : Japonais
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 184
Titre en vo : Steamboy volume 1
Cycle en vo : Steamboy
Parution en vo : 2005

Lire tous les articles concernant Katsuhiro Ōtomo

Un produit dérivé pour les amateurs du film

Katsuhiro Ōtomo, né en 1954 au Japon, connaît dans les années 1980 un succès fulgurant avec Akira, en manga, puis en film d’animation, une œuvre saluée par la critique internationale et généralement reconnue comme un chef d’œuvre. Après Akira, il poursuivra un travail de réalisateur (Spriggan) et de scénariste (Rôjin Z et Mother Sarah) sur divers projets. Steamboy est sorti en 2004.

Le siècle de la vapeur

Dans une Angleterre uchronique, au XIXème siècle, Ray Steam est le fils de Edward et petit-fils de Lloyd, deux scientifiques inventeurs de machines à vapeur. Ils ne sont pas réapparus depuis leur départ pour l’Amérique, jusqu’à ce qu’un colis contenant une boule métallique (la steamball) parvienne au domicile de Ray et de sa mère. Mais deux hommes de la Fondation O’Hara, qui finance les recherches des Steam, veulent s’en emparer. Ray parvient à s’enfuir.

Pendant ce temps, Londres se prépare à inaugurer l’Exposition universelle où les machines à vapeur seront à l’honneur. La Fondation O’Hara a préparé un pavillon et y envoie la fille du fondateur, la jeune Scarlett. Elle est accompagnée par Simon, chargé de vendre la technologie de la fondation.

Le film en livre

On doit tout d’abord souligner que l’ouvrage qui nous intéresse ici n’est pas un manga à proprement parler, mais la simple reprise en livre du film sorti en 2004. Un manga qui n’en est pas vraiment un au final : s’il n’est pas désagréable de pouvoir suivre l’histoire à son rythme et découvrir les menus détails des inventions, on regrettera le manque de mouvement et les images statiques qui se succèdent, reproduisant le dessin animé à la manière d’un roman-photo.

Les amateurs de l’animé seront heureux d’avoir un fort bel ouvrage au papier de qualité, qui fera un bon complément à l’œuvre originale, mais il reste d’un intérêt limité en tant que tel. Au niveau du contenu, le récit est plutôt bien mené, avec un univers uchronique parfaitement cohérent, avec son lot d’inventions étonnantes. L’histoire propose également une intéressante réflexion sur le rôle de la science, ses objectifs et ses conséquences.

Un bel ouvrage, avant tout destiné aux fans du film, mais qui pourra attirer les amateurs d’univers steampunk.

Tony Sanchez