Substance Mort
( 1 )
de Philip K. Dick
aux éditions Folio SF
Genre : SF

Auteurs : Philip K. Dick
Traduction : Robert Louit
Date de parution : octobre 2000 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Philip K. Dick

Plus qu’un livre de SF, Substance Mort est d’abord et avant tout une descente aux enfers dans l’univers de la drogue.

Ne cherchez pas d’éléments de SF dans ce livre, il n’y en a quasiment pas... Substance Mort est d’abord et avant tout un livre sur la drogue et les drogués ! Un livre dur au demeurant, mais aussi un texte passionnant et très juste. Dans sa vie tumultueuse, Philip K. Dick a bien connu le milieu des petites pilules magiques et des seringues miracles et c’est donc en " connaisseur " qu’il nous entraîne dans une descente aux enfers hallucinante.

Son héros, Bob Actor, est un flic infiltré dans le milieu des junkies dans un univers qui ressemble étrangement au nôtre. En se faisant passer pour l’un d’eux, il essaie de faire tomber un gros réseau de trafiquants. La technique est simple : il se fournit chez un petit revendeur, en lui demandant des doses de plus en plus importantes. Il espère ainsi que l’homme n’hésitera pas à lui présenter ses fournisseurs lorsque la quantité dépassera ses compétences. Le fil du réseau pourra alors être remonté puis démantelé.

Cette double vie comporte bien sûr des risques, notamment celui d’être découvert. Pour sa protection et puisque la mafia a infiltré à son tour la police, Actor est un inconnu même pour ses supérieurs. Mais là où ça se complique, c’est qu’en faisant son rapport hebdomadaire à son chef (qu’il ne voit pas et dont il entend la voix déformée), celui-ci va lui demander de surveiller de près le junkie Actor, c’est à dire lui-même ! Son supérieur trouve qu’il a un comportement douteux... Ne pouvant révéler son identité, notre malheureux héros est donc obligé de faire installer des caméras dans sa maison pour regarder ses moindres faits et gestes. La schizophrénie n’est pas loin !

Substance mort n’est pas franchement ce que l’on pourrait appeler un livre drôle. Dick y jette un regard acide et noir sur cette vie de drogué lamentable et sur une certaine période de sa vie. Le ton y est sans concession et c’est une vraie descente aux enfers qu’il nous propose même si on y retrouve certains des grands thèmes qu’il affectionne : la manipulation (qui contrôle qui ?), la folie, le quotidien qui dérape...

Mais le désespoir du roman est proportionnel à son génie. Parmi tous ses titres, Substance Mort fait indéniablement partie des meilleurs que Dick ait écrit. Pour ma part, je le classe même dans mon top five personnel de ses bouquins.

Avant de vous recommander vivement ce bouquin, je voudrais juste attirer l’attention sur les dernières pages. Elles font parties des plus émouvantes qu’il m’ait été donnée de lire. Dick y explique très simplement pourquoi lui et ses amis ont pris de la drogue sans avoir conscience du danger. Il évoque aussi les conséquences désastreuses que cela a eu sur leur vie... Comme avertissement on ne fait pas mieux.

 

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.