Tchernobyl
( Firewall 1 )
de Jean-Jacques Dzialowski et Xavier Bétaucourt
aux éditions Grand Angle
Genre : Polar

Scénariste : Xavier Bétaucourt
Dessinateur : Jean-Jacques Dzialowski
Date de parution : juillet 2012 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jean-Jacques Dzialowski ou Xavier Bétaucourt

Un virus entre les oreilles

Xavier Bétaucourt est d’abord un journaliste qui se veut en prise avec l’actualité et le monde réel. Lorsqu’il scénarise une bande dessinée, il puise largement dans les connaissances de son métier pour coller à la réalité. Jean-Jacques Dzialowski s’est tourné très vite vers l’illustration. Son travail chez DC Comics lui a permis de trouver une place, qu’il cherche à élargir en réalisant des dessins plus européens, en particulier pour Firewall

Quand les frontières entre l’homme et l’ordinateur disparaissent

Ils n’ont rien en commun. Clémence est informaticienne, Paul est militaire, blessé en Afghanistan. Pourtant ils travaillent en duo pour Firewall, une agence spécialisée dans la recherche antiterroriste sur internet. Ils ont un ennemi, sans visage, nommé la Louve : une organisation illégale cherchant à s’enrichir en semant le chaos et la terreur.

Au fil de leur enquête, les deux collègues vont découvrir que la Louve a mis au point une arme implacable, un virus informatique capable de s’attaquer au cerveau humain. Et ils menacent de l’utiliser si les gouvernements ne leur payent pas une rente annuelle. Et, pour prouver que leur arme fonctionne, ils sont prêts à faire une petite démonstration... 

Policier, futuriste, le tout bien mélangé

Xavier Bétaucourt s’est juste posé la question « et si l’on pouvait transmettre à l’homme un virus informatique ? ». Il s’est bien renseigné avant d’écrire son scénario, utilisant des éléments présents dans notre quotidien (Internet, les antennes-relais, la mafia) pour les mixer et créer un polar-thriller dont l’enjeu est, pour les personnages, d’empêcher un attentat à l’échelle d’un continent. Pour le lecteur, il permet une prise de conscience de la manière dont toute cette technologie qui nous entoure pourrait être retournée contre nous par des personnes mal intentionnées. Si l’on décide d’accepter le seul point qui - heureusement - n’est pas possible à l’heure actuelle (la transmission du virus) tout le reste de l’histoire roule sans heurt, nous emmenant droit vers le cauchemar de la mort cérébrale de toute la population d’une île. Bien rythmé, conçu comme un film avec flash-back, points de vue de chacun des intervenants, combats et suspens, cet album est intéressant à lire.

Jean-Jacques Dzialowski s’est astreint à donner un aspect humain à ses dessins. Gros plans, cases centrées sur les personnages, visages très expressifs, gestuelles appuyées, tout lui est bon pour accentuer l’humanité de cette histoire au sujet tellement artificiel.

C’est une réussite, et le graphisme permet à merveille d’entrer dans une histoire fascinante.

 

Jean Rébillat

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.