Ter - Tome 2 : Le Guide
( TER 2 )
de Christophe Dubois et Rodolphe
aux éditions Daniel Maghen ,
collection Bande Dessinée
Genre : SF

Scénariste : Rodolphe
Dessinateur : Christophe Dubois
Date de parution : octobre 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 76
Titre en vo :
Cycle en vo : TER

Lire tous les articles concernant Christophe Dubois ou Rodolphe

"...En ces temps futurs, le sol grondera et rien ne restera de nos villes et de nos campagnes, de nos rivières et de nos champs."

Christophe Dubois est né en 1969 à Chaux-le-Fond en Suisse. Il manifeste très tôt un intérêt pour la BD mais se tourne dans un premier temps vers les Arts Appliqués. Pendant dix ans il exerce le métier de graphiste jusqu’à ce qu’il rencontre le scénariste Nicolas Pona. De leur collaboration émergera Le Cycle d’Ostruce (Le Lombard). Il est également connu pour le cycle La Ballade de Magdalena (2012-2014) (Le Lombard). Le cycle Ter est sa première collaboration avec Rodolphe.

Rodolphe, de son vrai nom Rodolphe Daniel Jacquette est né en 1848 à Bois-Colombes. Il est journaliste, critique, commissaire d’exposition, écrivain, et surtout, pour ce qui nous intéresse ici, scénariste de bandes dessinées. Il est l’auteur d’une œuvre prolifique dont on pourra citer en vrac Les enquêtes du commissaire Raffini, Le cycle de Taï-Dor et Une aventure de Cliff Burton. Il a été de nombreuses fois récompensé pour l’ensemble de son œuvre.

La suite des aventures dans la carlingue

Après un premier tome qui laissait planer le mystère sur l’univers de Ter, nous retrouvons notre ami Mandor et obtenons enfin quelques réponses à nos questions. Ter n’est pas une planète mais un énorme vaisseau spatial nommé Jupiter, c’est ce que nous révélait la fin du premier album. A la suite de cela, la carlingue est alors soumise à de violentes secousses qui ravagent toute la cité. Mandor et ses amis reviennent ainsi en ville, et le héros est arrêté et jugé lors d’un procès organisé par les membres du Collège religieux.

Il est finalement innocenté, leur univers étant alors soumis à de violentes turbulences, il semble être le seul être capable de pouvoir trouver un abri pour la communauté. Nos amis trouvent alors refuge dans les grottes, qui plus tard s’avèreront être différentes parties du vaisseau. Ils se rendent ainsi compte de l’espace à leur disposition, mais c’est un milieu hostile dans lequel des bêtes monstrueuses rôdent aux alentours. Durant cette exploration, Mandor ainsi que sa petite équipe rencontrent une étrange communauté armée qui lui explique qu’il était attendu depuis un moment. Ils apprennent ainsi l’historique du vaisseau, et son errance pendant des siècles dans la galaxie

Un tome un poil en dessous du précédent mais du très bon quand même

Si le premier album était d’une incroyable densité, celui-ci est en comparaison un chouïa moins dynamique. Au final, vu qu’il s’agit d’une intrigue centrée sur le passé du vaisseau-planète, il y a beaucoup de dialogues, d’explications et de retour en arrière, au détriment du rythme. En dehors des secousses au début du récit, nous retrouvons surtout nos protagonistes en train d’errer dans un vaisseau étrangement vide et inquiétant...

Néanmoins, cette apparente stagnation est sublimée par les dessins de Christophe Dubois qui nous montre ainsi tout son savoir-faire et sa technique graphique. Ce vaisseau en jette grave, et on voit qu’il a pris plaisir à faire de grandes planches qui sont d’un réalisme à couper le souffle. L’univers est planté et je crois n’avoir jamais été autant en admiration face à des dessins de vaisseau spatial. C’est donc un tome axé gros travail graphique et accessoirement un peu scénaristique.

Oui, nous avons les réponses à nos questions, maintenant on y voit plus clair et on comprend où l’intrigue veut en venir. Il s’agit donc d’un tome de transition pour préparer gentiment le lecteur à un troisième et dernier tome qui va certainement envoyer grave du pâté. Ou du moins, je l’espère grandement. Mandor est moins simplet, l’étrange congrégation de prêtres s’avère moins méchante qu’on le supposait au départ. Ce vaisseau recèle des dangers bien plus grands pour nos protagonistes, et c’est d’ailleurs ce qui est clairement annoncé à la fin de cet album. Le font-ils exprès ? Bien sûr que oui. On referme l’album et on peste, on veut savoir la suite mais on sait qu’il va falloir attendre un peu !

Salomé Lelièvre