Terre Arcane, l’univers merveilleux de Ruberto Sanquer
( Terre Arcane 0 )
de Ruberto Sanquer
aux éditions Scrineo
Genre : Interview
Sous-genres :
  • Fantasy

Auteurs : Ruberto Sanquer
Date de parution : janvier 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Nombre de pages : 393
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Ruberto Sanquer

Découvrez les aventures de Louyse, l’héroïne de Terre d’Arcane dans le second volet, La Marque Rouge, de Ruberto Sanquer aux éditions Scrineo.

Actusf : Pouvez-vous présenter en quelques mots ? Comment en êtes-vous venu à l’écriture ?
Ruberto Sanquer : Je suis venue à l’écriture quand j’attendais mon fils, il y a une quinzaine d’années. A l’époque, j’écrivais seule dans mon coin sans imaginer qu’un jour mes histoires seraient publiées. Grande lectrice moi-même, je venais d’achever la lecture du Chant de la Belgariade de Eddings. Or, je me suis sentie si triste en quittant les personnages de la saga, que j’ai attrapé un stylo pour combler ce vide. C’est ainsi que l’univers de la Terre Arcane est né.

"L’Aura Noire et La Marque Rouge sont des « bourgeons » de cet univers."

Actusf : La Marque Rouge, suite de L’Aura Noire est votre second roman, de quoi cela parle-t-il ?
Ruberto Sanquer : L’Aura Noire et La Marque Rouge sont des « bourgeons » de cet univers. Nous y suivons les aventures d’une jeune apprentie sorcière, Louyse. Elle vit dans la Cité des Sorcières, une ville millénaire qui est le Phare de Lumière protecteur des peuples de ce monde.
Dans L’Aura Noire (sorti en janvier 2017), mon héroïne est frappée par une malédiction qui s’attache à ses pas et s’en prend à tous ceux qu’elle aime.
Dans La Marque Rouge (sorti en janvier 2018), elle découvre qu’elle est une Sentinelle capable d’influencer la trame du destin. Ce qui la met en face de ses responsabilités quand le Mal menace d’engloutir la Cité.




Actusf : La nature a une place très importante et est la base de la magie dans votre univers. Cela donne une dimension très druidique et païenne à celui-ci. Est-ce voulu ?
Ruberto Sanquer : Païenne ou visionnaire ?
Alors oui, le thème de la Nature développé dans les deux romans me tient particulièrement à cœur. Il semble que nous accordions bien peu de respect à la Nature et à la sauvegarde de la planète qui nous porte. Où conduiront nos inconséquences ? L’imaginaire collectif est rempli d’histoires de fin du monde, qui traduisent bien cette inquiétude.
Partant de là, j’ai conçu un monde dans lequel la Nature reprend ses droits et engendre les éléments de sa propre sauvegarde. Les arbres, notamment, ont acquis une forme de conscience et ils sont des personnages à part entière de L’Aura Noire. Or les dernières recherches scientifiques tendent à prouver que ce n’est pas une idée si farfelue : lisez le best-seller de Peter Wohllenden, La vie secrète des arbres ! Vous seriez surpris !

"Pas de baguette magique dans ce monde-ci, mais une connexion avec les forces élémentaires de la Terre qui permet de soigner et guérir."

Actusf : Dans le premier tome, nous suivons Louyse, une apprentie qui aspire à devenir une Ringsey, mais qui rencontre quelques difficultés lors de son année scolaire. De façon différente, les déboires de votre jeune héroïne nous font penser aux débuts de Harry Potter lorsqu’il lutte contre des forces malfaisantes sans savoir encore ce qu’elles sont.
Avez-vous des inspirations particulières quand vous écrivez ?

Ruberto Sanquer : Depuis toute jeune, je baigne dans la Fantasy, la SF et les lectures de l’Imaginaire ; et JK Rowlings en fait partie, bien sûr. Je ne me défends pas de son influence. Mes romans parlent d’une apprentie sorcière, sur une année scolaire : le rapprochement est vite fait. Mais cela s’arrête là, car nous sommes dans un imaginaire très différent : l’histoire se situe 3000 ans après une apocalypse qui a détruit la planète, avec une magie qui tire sa source de la nature. Pas de baguette magique dans ce monde-ci, mais une connexion avec les forces élémentaires de la Terre qui permet de soigner et guérir.
Je suis très flattée qu’on puisse comparer le chemin de Louyse - même de très très loin - à celui de Harry.
Mon panthéon est très fourni, mais je vais tâcher de me restreindre. Je citerai : Tolkien, pour Le Seigneur des Anneaux et Bilbo le Hobbit : une révélation, son œuvre m’a transportée ! Eddings, pour Le Chant de la Belgariade en 5 tomes : c’est cet auteur précisément qui m’a donné envie d’écrire. Les Sœurs Bronte, pour Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent et enfin J. K. Rowlings, pour les Harry Potter.

Actusf : Lorsque vous écrivez, vous avez toujours un plan ou laissez-vous votre plume vous guider ?
Ruberto Sanquer : Il paraît qu’il existe deux sortes d’auteurs, les architectes et les jardiniers. Les architectes construisent scrupuleusement la structure avant d’écrire l’histoire. Alors que les jardiniers se laissent aller à batifoler de fleur en fleur, happés par les couleurs et les arômes. C’est une métaphore bien sûr, et j’avoue que j’aurais plutôt tendance au jardinage. Mais je sais quels sont le début et la fin du roman. Et entre les deux, je me laisse surprendre par la magie de l’histoire. Sinon, où serait le plaisir d’écrire ?

Actusf : Quels sont vos projets actuels et futurs ?
Ruberto Sanquer : Coté projets littéraires : je suis en train d’écrire une troisième aventure pour mon héroïne, qui repart sur une nouvelle année scolaire. Espérons qu’elle séduise mon Editeur !

"La journaliste Marie-Ange Archambaud a choisi de m’interroger sur le thème « du rapport des auteurs aux youtubeurs »."

Actusf : Quels sont vos prochaines dates de dédicaces ?
Ruberto Sanquer : 2018 s’annonce en joie de ce côté-là ! Cela a commencé par la fête de lancement de La Marque Rouge à la Halle Saint-Pierre, à Montmartre le 20 janvier, qui a été un moment de pur bonheur. Pour en avoir une idée, jetez un coup d’œil aux photos.
En février, je serai les 2, 3, et 4, au Festival du Film Fantastique de Gérardmer, auteure invitée à participer au Grimoire. Et je ferai une radio le samedi 3 février, sur le créneau de 14h à 15h, en direct de la Médiathèque. La journaliste Marie-Ange Archambaud a choisi de m’interroger sur le thème « du rapport des auteurs aux youtubeurs ».
Sinon, mon agenda 2018 de salons n’est pas encore tout à fait entériné. Je suis invitée sur de beaux salons, mais je suis tenue de ne pas le dévoiler avant les annonces officielles.

 

Découvrez un extrait de La Marque Rouge :

 

Estelle Hamelin