Tinta Run - Tome 1
de Christophe Cointault
aux éditions Glénat ,
collection Manga
Genre : Manga
Sous-genres :
  • Shonen manga

Auteurs : Christophe Cointault
Date de parution : février 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 192
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Christophe Cointault

Une série qui fait preuve d’un bel enthousiasme

Christophe Cointault est né en 1987. Il dessine depuis son plus jeune âge. En 2011, il est le deuxième lauréat au concours “jeunes talents” du festival BD de Colomiers, ce qui le décide à se lancer pleinement dans la création de sa première série : il publiera Central Yuniverse en autoédition durant trois tomes.

Après un passage en atelier au sein de la Maison de la BD de Blois, il retourne travailler à domicile, avec pour objectif d’améliorer son écriture et son dessin. Après plusieurs mois de travail, sa nouvelle série manga voit le jour : Tinta Run.


Un jeune garçon épris de liberté


La loi de Phinéa exige d’apprendre un vrai métier pour devenir un bon citoyen. Mais le jeune Arty rêve d’une autre vie, ce qui désespère sa mère et a le don d’énerver considérablement son patron… Il s’avère qu’il est capable de maîtriser la Tinta, l’énergie magique qui régit le monde et impose la doxa, une série de lois auxquelles tout un chacun doit se conformer.

Arty ne l’entend pas de cette oreille, et compte bien gagner sa liberté !


Le voyage commence


Ce manga respecte tous les codes du récit d’apprentissage : le héros va bouleverser l’équilibre du monde dans lequel il vit et partir dans un voyage qui l’amènera à en apprendre davantage sur lui-même et son environnement. Une histoire somme toute classique mais qui tire son épingle du jeu par un humour omniprésent et beaucoup d’enthousiasme. On prend un grand plaisir à suivre les péripéties du héros, entraîné un peu malgré lui dans des événements qui le dépassent…

Il faut dire aussi que le monde décrit par Christophe Cointault est loin d’être aussi charmant que ce qu’il laisse paraître au premier abord : sous couvert de lois, c’est la tyrannie et l’injustice qui règnent, et un bon coup de pied dans la fourmilière sera peut-être salvateur ! Les dessins et le découpage des planches contribuent au dynamisme de ce premier volet, dont les scènes d’action s’enchaînent sur un rythme effréné ; on passe quoi qu’il en soit un bon moment, et on espère que la suite nous montrera le même entrain !
 

Tony Sanchez