Tome 2
( Megacity 909 2 )
de Kano Kang et Andrew Dabb
aux éditions Soleil ,
collection Asian Connection
Genre : SF

Scénariste : Andrew Dabb
Dessinateur : Kano Kang
Couverture : Hyung-Tae Kim
Date de parution : septembre 2005 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 96
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Kano Kang ou Andrew Dabb

Apocalypse futuriste

Quatre auteurs pour les deux tomes qui composent cette série : Andrew Dabb et Jacob Lee signent le scénario tandis que Kano Kang et Zack Suh réalisent un dessin très soigné. Le résultat est une production américano-coréenne hors normes.
 
Mission : sauver l’humanité
 
Nous sommes au XXIIème siècle, dans un monde où la technologie est à son apogée. Les pulsions des humains sont contrôlées par des puces dans un monde qui rêve à la paix. Mais d’étranges parasites, les impulsions, s’attaquent aux hommes et les transforment en terribles créature impossibles à stopper. Un commando de choc (et de charme) est créé pour pourchasser les monstres ainsi conçus. Les membres, surentraînés et parfois dotés de pouvoirs extraordinaires, se lancent dans la bataille. Déjà emportés jusqu’au purgatoire dans le premier tome, ils vont plonger jusqu’en enfer dans ce second volume pour tenter de stopper la domination du monde par le mal et arrêter l’Apocalypse programmée par un ordinateur fou.
 
Un graphisme fouillé
 
Le graphisme de cet album est vraiment particulier. Retravaillé par ordinateur, il dépasse largement le niveau habituel des albums de ce type. Personnages, véhicules, bâtiments et armes sont dessinés avec un souci constant de la précision et du détail. Il n’y a que les scènes de bataille qui sont parfois trop brouillées pour être réellement compréhensibles. On peut aussi reprocher aux dessinateurs les muscles hypertrophiés des hommes et la complaisance avec laquelle les filles montrent leur dessous, mais c’est la loi du genre. Un défaut plus gênant : toutes les filles ont un visage figé qui leur donne un aspect de poupée de cire.
 
Une lecture à plusieurs niveaux
 
Pris au premier degré, le contenu de ce volume pourrait se résumer à ceci : des gros flingues, du sang et des petites culottes. Toutefois le scénario est plus fin qu’il n’y paraît. Il laisse transparaître de complexes notions sur l’ambivalence du bien et du mal, sur la vie et la mort, sur la vérité et le mensonge. Sans être inoubliable, l’histoire n’est pas complètement sans intérêt. Elle séduira certainement et agréablement les amateurs de bons manhwa.

Jean Rébillat

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.