Un Cheval dans la salle de bains
( Dirk Gently, détective holistique 1 )
de Douglas Adams
aux éditions Folio SF ,
collection SF
Genre : Humour
Sous-genres :
  • Space opéra

Auteurs : Douglas Adams
Couverture : Benjamin Carré
Traduction : Jean Bonnefoy
Date de parution : mars 2003 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 375
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Douglas Adams

Polar galactique

Le Britannique Douglas Adams a d’abord touché à tout pour subsister. Puis il s’est essayé au feuilleton radiophonique pour la BBC : il avait trouvé sa voie. Adaptation de ce qu’il avait écrit pour les ondes, la série Le Guide galactique, l’a propulsé en véritable OVNI dans la galaxie de la S-F. Ce genre pouvait abandonner la gravité et revisiter la réalité en s’amusant. Après avoir malmené le space opera, Adams s’est attaqué avec les deux tomes de Dirk Gently au roman policier.

Bizarre, bizarre

Un cheval dans une salle de bains, un canapé coincé dans une cage d’escalier, un tueur caché dans la malle d’une voiture... Les méthodes de Dirk Gently détective holistique lui permettront-elles de tirer ces situations au clair  ? Richard ne peut que l’espérer. Sa libre circulation était déjà entravée par son accaparant boulot et par le sofa bloqué dans ses escaliers. Mais elle se trouve réduite à néant par les soupçons qui pèsent sur lui quant au meurtre de son patron qui se trouve être également le frère de sa petite amie. Même s’il avait un alibi, serait-il innocenté pour autant. On ne peut jurer de rien quand l’espace-temps se distend à souhait...

De la nécessité de la mesure dans l’exagération...

Comme à son habitude, Douglas Adams pousse tout à l’absurde acculant le vraisemblable dans ses retranchements. Parfois ça fonctionne à la perfection comme par exemple le Moine Electrique, un appareil électroménager chargé de soulager l’homme d’une fastidieuse tâche quotidienne : croire en ce qu’on veut bien lui montrer. Parfois le recours à l’absurde marche moins bien. Ainsi le truc utilisé par le vieux prof pour effectuer un banal tour de passe-passe et qui est aussi la clé du reste de l’intrigue ne m’a pas convaincue. Mais même si ce deus ex machina donne l’impression de s’être fait mener en bateau, il ne faut pas hésiter à lire le tome 2 qui avec virtuosité conserve une certaine cohérence à l’invraisemblable.

Nathalie Ruas

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.