Un Monde parfait
( Walking Dead 12 )
de Charlie Adlard et Robert Kirkman
aux éditions Delcourt ,
collection Contrebande
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Zombies

Scénariste : Robert Kirkman
Dessinateur : Charlie Adlard
Date de parution : septembre 2010 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 144
Titre en vo : Walking Dead

Lire tous les articles concernant Charlie Adlard ou Robert Kirkman

Welcome to Washington

Robert Kirkman est un jeune et prolifique auteur. Après s’être fait connaître avec la série Battle Pope qu’il publie au sein du studio Funk-O-Tron qu’il l’a lui-même créé, repéré par Image Comics, il publie Brit et Invincible. Puisant ses sources dans les films de Romero mais aussi dans les comics de son enfance, il signe des histoires de zombies qui ont un grand succès.

Charlie Adlard est un auteur de comics anglais. Ses travaux les plus connus sont White Death ou encore des opus sur Judge Dredd, Savage et Armitage. Il a travaillé aussi sur Mars Attacks ! , X-Files (Topps) et enfin sur Walking Dead qui lui permet de s’affirmer de plus en plus aux larges plages du noir.

Un havre de paix au milieu de la tempête

Le voyage vers la capitale, Washington, aura été très long. Semé d’embûches, mais aussi de drames, le périple arrive enfin à sa fin. Avant la conclusion de l’expédition, l’un des compagnons d’infortune se révèlera être autre chose que celui qu’il prétendait être. Une fois la colère passée, l’espoir renaît néanmoins avec l’apparition providentielle d’une communauté extrêmement accueillante. Celle-ci semble avoir été épargnée par le fléau qui ravage l’humanité depuis un an maintenant.
Mais comme d’habitude, jamais les choses ne sont ce qu’elles semblent être...

L’enfer c’est les autres…

On retrouve une fois de plus nos survivalistes préférés avec ce tome 12 de Walking Dead. Le groupe a beaucoup évolué et a aussi beaucoup perdu. Le choix des auteurs pour ce nouvel opus est plus porté sur l’introspection, un recentrage au sein du groupe et de leur devenir. En effet, la découverte de ce havre de paix qui les attend à Washington change la donne pour plusieurs d’entre eux. Le désespoir et un certain fatalisme font place à un début d’espoir que, peut-être, tout peut recommencer. Mais le naturel suspicieux de Rick, qui a sauvé bien souvent le groupe, revient au galop devant autant de bons sentiments prodigués par leurs hôtes.

Devant cette impression de déni total de la situation environnante et cette recherche de vivre comme si de rien n’était, Rick se retrouve à cohabiter avec ses démons. Il a bien du mal à comprendre ses nouveaux amis et il n’est pas le seul ; son fils, qui a perdu son enfance, rejoint vite ses idées. Un combat très insidieux se livre entre la futilité et l’insouciance des uns et l’insociabilité et la dureté causée par les épreuves des autres.

C’est donc toute cette prise de conscience et les réflexions qui en découlent que nous proposent les auteurs qui, une fois de plus, nous prouvent, s’il y avait encore besoin, leur dextérité à disséquer l’âme humaine. Walking Dead est une série forte, qui marquera les esprits pendant longtemps. Elle n’est pas sans rappeler les films de George Romero dont Robert Kirkman s’inspire pour ses intrigues.

Les dessins et le noir et blanc de Charlie Adlard sont un complément parfait pour donner cette ambiance si particulière qui fait le succès de cette histoire. À consommer sans modération et si possible seul la nuit !...

Yann Blanchard

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.