Un Pont de cendres
( 1 )
de Roger Zelazny
aux éditions Pocket ,
collection Science-fiction
Genre : SF

Auteurs : Roger Zelazny
Couverture : Wojtek Siudmak
Traduction : Bruno Martin
Date de parution : avril 1981 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 192
Titre en vo : Bridge of Ashes
Parution en vo : janvier 1976

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Quand l’hypercommunication transforme un être humain en légume vivant.

Quand on évoque la carrière de Roger Zelazny (1937 – 1995), on pense aussitôt au cycle des Princes d’Ambre, vaste saga de fantasy en 10 tomes qui a fait son succès. Mais ce n’est que l’arbre qui cache la forêt. Roger Zelazny est aussi l’auteur des géniaux Toi, l’immortel ou Le Sérum de la déesse bleue. Et derrière ces chefs d’œuvres, on trouve aussi quelques romans mineurs qui en général valent au moins de faire un petit détour pour savourer une fois encore la plume de Roger Zelazny.

Le plus grand télépathe du monde :


Connaître les pensées d’autrui est un vieux rêve devenu réalité dans Un Pont de Cendres. Une mutation génétique permet à certaines personnes d’être télépathes. Mais, capter les pensées de n’importe qui peut être dangereux, notamment dans les villes. Pour un bébé télépathe, l’affluence des pensées extérieures dans son cerveau peut provoquer une perte de conscience de soi. Les enfants vivent alors au travers de ce qu’ils captent, sans personnalité propre. Le remède généralement appliqué dans ce cas est l’éloignement des enfants des grosses agglomérations pour un air plus sain psychiquement à la campagne.

Mais pour Dennis même après des années passées à fuir toutes concentrations humaines, aucun progrès n’a été réalisé. La raison est simple, Dennis est le plus puissant télépathe du monde. Il capte toutes les pensées quelque-soit la distance et… le temps. Résultat Dennis vit comme un légume, sans réaction, son esprit constamment tourné vers l’extérieur, vivant des destins qui ne sont pas le sien. La jeune femme médecin qui va tenter de le sortir de son mutisme va-t-elle parvenir à lui faire prendre conscience qu’il existe ?

Que de questions...

Un Pont de Cendres est un petit livre qui mérite qu’on s’y attarde. Il est un peu long à démarrer (les 30 premières pages sont en fait un recueil des expériences que vit Dennis. C’est un peu haché). Mais rapidement on s’attache à Dennis et l’on rentre alors complètement dans l’histoire. Un Pont de Cendres est surtout intéressant pour les questions qu’il pose. Celles de l’évolution de l’humanité et de l’hyper-communication. Des thèmes plus que jamais d’actualité près de 30 ans après son écriture. Même s’il n’a pas la force ou la poésie de Toi, l’immortel, on aurait tort de négliger ce roman de Roger Zelazny. C’est l’une des bonnes surprises de sa bibliographie.

Jérôme Vincent