Un vaste monde
( Walking Dead 16 )
de Robert Kirkman et Charlie Adlard
aux éditions Delcourt
Genre : Horreur
Sous-genres :
  • Zombies

Auteurs : Robert Kirkman
Dessinateur : Charlie Adlard
Date de parution : septembre 2012 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 144
Titre en vo : A Larger World
Parution en vo : 2012

Lire tous les articles concernant Robert Kirkman ou Charlie Adlard

L’essoufflement guette...

Robert Kirkman est un scénariste de la nouvelle vague américaine : c’est dans les années 2000 qu’il arrive sur la scène des comics avec Battle Pope réalisé avec Tony Moore. Mais c’est grâce à Invincible qu’il est connu du grand public. Pour Walking Dead il retrouve son compère Tony Moore puis c’est Charly Adlard qui va reprendre le flambeau pour les dessins.
 
Charly Adlard est un véritable vétéran de la bande dessinée britannique. Il commence sa carrière dans les années 90 avec Judge Dredd, Savage ou encore Rogue Trooper. Depuis quelques temps il travaille sur une nouvelle série dans un style plus épuré, Corps de pierre, écrit par Joe Casey.
 
Jésus a dit...
 
La poussière des derniers combats tout juste retombée, les habitants reprennent le cours de leur vie avec de nouvelles cicatrices. Le danger est toujours là et c’est une lutte de tous les instants. Il faut refaire les palissades détruites et partir à la recherche de nourriture et de médicaments, qui commencent à manquer. L’hiver arrive et déjà la peur du manque et de la famine est dans tous les esprits.
 
C’est au cours d’une sortie assez mouvementée que Michonne et Abraham vont rencontrer un nouveau venu, un certain Jésus... Celui-ci semble savoir parfaitement se battre et de pas avoir peur d’être seul au milieu des morts vivants.
La perte du gouverneur dans des circonstances dramatiques revient dans les souvenirs de chacun, entraînant la suspicion de tous envers cet étrange personnage. Rick notamment, que la vie n’a jamais vraiment épargné, a beaucoup de mal à avoir confiance en Jésus, malgré l’évidente bonne volonté dont celui-ci fait preuve.
 
Un petit essoufflement
 
Ce nouvel opus ressemble assez au précédent : peut-être un peu trop d’ailleurs. En effet on retrouve les mêmes schémas : les blessures de chacun qui ont du mal à se refermer, la perte de confiance dans la nature humaine et le questionnement de Rick envers son avenir et celui de son fils. La naissance d’une relation avec son amie Andrea et sa peur de la perdre, lui font dire que cela est impossible.
 
Et ce n’est pas l’arrivée d’une nouvelle figure, Jésus, qui va changer le cheminement de l’album. C’est dommage, car on ressent un peu de lassitude dans le scénario et même la présence des marcheurs devient presque anecdotique. On perd beaucoup en suspense et tension. Même si les relations, la psychologie des personnages sont toujours bien décrites, la trame de l’histoire reprend trop les derniers tomes de la série. Parmi les points positifs, on retiendra la couverture, sans doute l’une des plus belles de la série. Deux personnages fétiches de Walking Dead dos à dos entourés par des morts-vivants, on voit même en réverbération sur la lame du sabre de Michonne quelques Marcheurs. Superbe.
 
Ce volume montre une petite baisse de régime, espérons que ce soit une pause avant de repartir de plus belle pour le tome 17, pour cette série qui est et reste une très belle réussite grâce aux talents conjugués de Robert Kirkman et Charlie Adlard.
 

Yann Blanchard

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.