Versus Fighting
de Madd et Kalon
aux éditions Glénat ,
collection Manga

Scénariste : Izu
Dessinateur : Madd
Date de parution : mars 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 192
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Madd ou Kalon

Un manga réservé aux fans de jeu de baston et d’e-sport

Après plusieurs années passées dans les jeux vidéo et l’animation japonaise, Izu devient directeur littéraire aux Humanoïdes Associés en 2006 où il lance la collection Shogun, dédiée aux créations de mangas originaux. Parallèlement, il poursuit une carrière de scénariste avec plusieurs BD et mangas à son actif, dont la série complète Omega Complex et Crusades avec Zhang Xiaoyu.

Entre 2011 et 2015, il signe plusieurs albums chez Glénat dont Black Lord, Lost Planet, Devil May Cry et Le Cycle de Nibiru. De 2013 à 2016, il écrit l’univers et l’histoire de la série Ayakashi, adapté en manga par VanRah. Sur Versus Fighting, il est accompagné par Kalon et Madd aux dessins.


Le monde de l’e-sport


Max Volta, un jeune prodige du jeu de baston, se lance à l’assaut du Capcom Pro Tour, l’une des plus grandes compétitions internationales sur Street Fighter V. Favori et décidé à remporter le tournoi, il tombe sur un adversaire qui le ridiculise. Le jeune homme perd son sang-froid et se fait renvoyer de son équipe.

Un an plus tard, il est approché par la mystérieuse Inès, qui lui propose d’intégrer une nouvelle équipe à l’assaut des sommets du Versus Fighting. Le début de la rédemption pour Max ?


Humour et autodérision


L’e-sport se professionnalise, avec de nombreuses compétitions organisées tout au long de l’année, et même des chaînes dédiées aux commentaires de ces événements, sur le modèle de ce qui se pratique pour le sport professionnel. On ne compte plus les mangas dédiés au sport, alors pourquoi pas un consacré à l’e-sport ? C’est ce vide que Versus Fighting se propose de combler, avec une histoire qui reprend les codes du genre tout en les détournant. On découvre ainsi le milieu des joueurs de jeu vidéo, avec beaucoup d’humour et d’autodérision. Le héros va vite comprendre que le talent ne fait pas tout…

Le manga shônen de sport se montre volontiers didactique, mais garde toujours un aspect ludique via la mise en scène des compétitions. C’est un peu ce qui manque à Versus Fighting : si l’histoire est intéressante et les personnages amusants, les explications des arcanes du jeu de baston deviennent vite ennuyeuses pour le béotien, et parleront davantage aux joueurs familiers du jargon qui a cours dans le milieu. Les nombreuses explications viennent rompre le rythme, et le tout s’avère un brin trop bavard…

Les dessins sont agréables, avec des personnages aux visages expressifs et des décors bien travaillés. Le découpage est dynamique et rend bien les scènes de jeu vidéo. Versus Fighting s’avère plus que correct au final : ce manga porte un regard amusé sur le monde des jeux vidéo, mais c’est aussi ce qui en fait la limite. Trop référencé, il parlera surtout aux connaisseurs de jeux de baston, les autres risquent fort de passer leur chemin…
 

Tony Sanchez