Very bad trip
( Game over 15 )
de Midam et Adam
aux éditions Glénat
Genre : Humour
Sous-genres :
  • Jeux Vidéos

Auteurs : Midam

Scénariste : Patelin
Dessinateur : Adam
Date de parution : novembre 2016 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Age minimum : 10 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Midam ou Adam

La chronique écrite d’Adrien, 12 ans.

Les auteurs

Midam est un dessinateur belge, né en 1963. Il a travaillé au journal Spirou et c’est en animant la rubrique « Jeux vidéo » qu’il a créé le personnage de Kid Paddle, un vrai « serial player ». Comme Midam, Kid Padlle adore les monstres et tout ce qui dégouline…

Midam est également célèbre pour sa série « Game over », l’histoire d’un personnage de jeu de rôle qui n’arrête pas de se faire détruire à chaque gag. Le genre de jeu devant lequel Kid Paddle doit passer des heures…
 
Depuis le tome 13, Patelin, scénariste belge, participe aux scénarios de Game over.
 
Né en 1969, Adam est dessinateur belge. Il dessine Game over depuis le début de la série avec Midam.

L’histoire
 
Cet album d’une quarantaine de gags est toujours excellent et toujours un peu répétitif (la série Kid Paddle est plus variée), mais c’est le principe de la série : le « petit barbare » essaie de franchir un niveau dans un jeu vidéo et meurt (lui ou la princesse) au dernier moment : Game over !
 
Quelques gags très drôles : le petit barbare rentre dans un saloon et en voyant un Blork, il décide de tirer par terre pour le faire sauter, mais il ne s’attendait pas à tuer la princesse, qui était en bas dans la cave. Autre histoire : le petit barbare boit une potion qui le transforme en diamant et le rend invincible, mais un gros Blork le prend dans ses mains et s’en fait un collier…
 
Mon avis
 
J’aime bien ce genre de gags un peu absurdes où la fin est toujours la même, mais c’est la situation qui diffère, un peu comme Vil Coyote qui essaie toujours d’attraper Bib Bip et ça se retourne à chaque fois contre lui. Cet album-là est bon, même si je préfère ceux des premiers tomes, que je trouvais plus drôles.
 
J’ai flashé sur les gags du pistolet laser qui transforme en gui, celui de la licorne, celui du cadenas ou celui du sous-marin…
 
La qualité des dessins est toujours la même : des couleurs unies sur chaque gag, mais variées sur l’ensemble des histoires, avec une prédominance du violet et de l’orange. Ils ne sont pas précis, mais très efficaces et en phase avec le type d’histoire.

 

Adrien Nottola


chroniqueur(se) ado.

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.