Vulcain
( Trigs 3 )
de Mark Vigouroux et James Hudnall
aux éditions Les Humanoïdes Associés
Genre : SF

Scénariste : James Hudnall
Dessinateur : Mark Vigouroux
Date de parution : octobre 2005 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Mark Vigouroux ou James Hudnall

Fin de l’aventure

James Hudnall est informaticien de formation, mais pris par le virus de l’écriture il se lance dans les scénarios de comics en 1985. Il enchaîne depuis les histoires sans se cantonner à un seul genre : super-héros, horreur, science-fiction, policier… jusqu’à la réécriture de manga pour Viz Communications et de comics chinois pour Jade Dynasty Publications. En 1991, il est nommé au prestigieux Eisner Award dans la catégorie du meilleur roman graphique pour Sinking (Marvel / Epic). A noter également que sa série Harsh Realm a été adaptée pour la chaîne Fox. Pour cette nouvelle série, Trigs, il s’associe au dessinateur Mark Vigouroux, plus connu du public français. Cet auteur breton est né en 1973 à la date anniversaire du débarquement allié. Il rencontre Marc Riou aux Beaux-Arts d’Angoulême qu’il retrouvera quelques années plus tard pour dessiner à quatre mains la série Miss (Les Humanoïdes Associés) sur un scénario de Philippe Thirault.

L’ennemi n’est pas toujours celui que l’on croit

Arès et Medb se trouvaient en fort mauvaise posture à la fin du précédent tome. Le câble de l’ascenseur qui devait les mener à un pavillon spatial a été saboté. Les voilà en train de chuter vers la Terre depuis les étoiles. Ils s’en sortent sans une égratinure et atterrissent dans une nouvelle xénozone. Là ils retrouvent leurs alliés l’agent Reyes et leur ancienne équipière Kali. Ensemble, ils décident d’attaquer Vulcain qui semble être la tête pensante du complot qui les vise et les anéantis les uns après les autres. Cet ultime assaut devrait apporter les réponses à leurs questions.

Une fin rapide et décevante qui remet en cause la qualité de la série

Avis aux amateurs d’action, ce troisième et dernier tome de Trigs en est bourré. Hudnall privilégie les situations catastrophiques, ou présentées comme telles, et les retournements saugrenus pour mieux cacher la faiblesse de sa conclusion. L’ultime pirouette scénaristique en agacera d’ailleurs plus d’un. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, les Xénozones et les Fys n’ont été créés que pour perdre le lecteur en conjonctions, la révélation finale des enjeux arrive comme un cheveux dans la soupe et semble extrêmement facile, tout comme la soudaine prise de conscience d’Arès. Amorcée dès le deuxième tome, la désaffection du lecteur pour les héros atteint ici son paroxysme, mourra, mourra pas, on s’en fout.

Ce que l’on avait pris pour une bonne série de science-fiction mâtinée de polar n’est en fait qu’un simple divertissement sans envergure devant lequel on reste stoïque. La froideur et le côté terne des dessins et des couleurs de Vigouroux qui trouvaient des justifications dans le premier volet, n’arrivent qu’à laisser sur le bord des pages un lecteur désintéressé. En résumé, la série Trigs n’aura été qu’un pétard mouillé, beaucoup d’énergie pour un final raté.

Charlotte Volper

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.