Wedgies
( Lenore 2 )
de Roman Dirge
aux éditions Semic ,
collection Semic Gloom
Genre : Fantastique

Auteurs : Roman Dirge
Traduction : Philippe Touboul
Date de parution : octobre 2007 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 144
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Roman Dirge

Mortellement drôle

Né le 29 avril 1972, Roman Dirge a d’abord commencé sa vie professionnelle comme magicien avant de se tourner vers la bande dessinée avec le personnage de Lenore qu’il invente en 1992. Une petite fille hors norme puisqu’elle est morte et que ses jeux s’en ressentent. Une petite fille qui a surtout valu un beau succès à son auteur qui a été par la suite embauché par les éditions Slave Labor Graphics.

Morte...

Lenore est donc une petite fille morte qui a des loisirs plutôt macabres. Si elle aime jouer avec les choses mortes, elle a tendance à tuer sans le faire exprès les animaux qui lui tiennent compagnie. Ce qui finalement ne l’embête pas plus que ça. Après tout, elle garde pour toujours sa naïveté d’enfant, même si ses bétises sont mortelles. Et ma foi, pas besoin d’une grenouille vivante pour jouer à la poupée. Une morte en décomposition peut tout aussi bien faire l’affaire. D’ailleurs Lenore évolue dans un monde de gags où le macabre est présent à chaque planche même si elle n’en est pas forcément l’héroïne.


Génialement drôle

En utilisant le personnage de Lenore, Roman Dirge joue sur la frontière permanente entre la naïveté de son personnage et l’horreur de la mort. C’est sa fraîcheur et sa cruauté d’enfant qui
créent le décalage qui nous fait rire. Roman Dirge donne à la mort un tour presque anondin et drôle, un peu comme Tim Burton dans son Beetlejuice ou ses Noces funèbres. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si l’éditeur Semic indique que le maître du cinéma gothique est un admirateur du travail de Dirge. A noter quand même que dans ce tome 2 de l’intégrale des aventures de Lenore, la petite fille n’est pas toujours la vedette des gags du livre. Il lui arrive de céder la place à d’autres héros dont un certain nombre est sans doute tiré de la vie quotidienne de l’auteur. Heureusement c’est également à chaque fois un régal, grâce notamment à son dessin souvent épuré mais très expressif, le tout étant en noir et blanc. Cette BD est un vrai délice morbide. Et donc un indispensable !

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.