Zorglub - la fille du Z
de José Luis Munuera
aux éditions Dupuis
Genre : Aventure
Dessinateur : José Luis Munuera
Date de parution : juin 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 64
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant José Luis Munuera

Un espagnol fan de Spirou

José Luis Munuera fait ses débuts dans la bande dessinée sur la série de Potamoks (Delcourt, 1996-1997), scénarisée par Joan Sfar, avec qui il collabore aussi sur la série Merlin. Sur le cinquième tome de Merlin, il rencontre le scénariste Jean-David Morvan, avec qui il lance la série Sir Pyle S.Culape (Soleil, 2001-2003), dont le ton décalé plaît au lectorat.
 
Il retrouve Morvan sur la série Nävis, dérivée de Sillage, puis sur Spirou et Fantasio. Le tandem déconcerte le lectorat de la série, particulièrement sur l’album Spirou et Fantasio à Tokyo (Dupuis, 2006) au point que l’éditeur leur retire la série. La fille du Z, publié récemment par Dupuis, entraîne cependant à penser que Munuera n’avait pas renoncé à toucher à l’univers du petit groom, via son plus grand ennemi…
 
Même Zorglub a un cœur…
 
La jeune Zandra sort du cinéma avec son petit ami André quand ils sont attaqués et kidnappés dans la rue par des drones de son père… qui n’est autre que Zorglub, l’ennemi de Spirou et Fantasio ! Le père possessif retrouve sa fille et les deux partent dans une explication mouvementée, au point que le vaisseau paternel manque de s’écraser sur une autoroute.
 
De retour sur leur île, Zorglub hésite à parler avec sa fille tandis que Zandra retrouve André. Pendant ce temps, l’employeur de Zorglub arrive sur l’île, bien décidé à revoir avec lui certains termes de leurs arrangements, qui concernent Zandra…
 
Un résultat sympathique
 
Ce premier tome (visiblement, il y en aura d’autres) est assez drôle à lire. Il met en place le personnage de Zandra, raconte ses origines, expose sa relation à son père (et nombre de pères se retrouveront dans ce bien sympathique Zorglub). La narration est rythmée, privilégie l’action (au détriment de la psychologie) et est servi par un graphisme efficace : on attend donc la suite.

Sylvain Bonnet

Voilà un album divertissant qui, s’il n’apporte rien de nouveau à l’univers de Spirou, est une vraie réussite graphique.

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.