Le voleur aux esprits
( La légende d'Eli Monpress 1 )
de Rachel Aaron
aux éditions Orbit
Genre : Aventure
Sous-genres :
  • Light fantasy

Auteurs : Rachel Aaron
Traduction : Guillaume Le Pennec
Date de parution : janvier 2012 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 276
Titre en vo : The Spirit Thief
Parution en vo : octobre 2010

Lire tous les articles concernant Rachel Aaron

Une fantasy malicieuse et intelligente

Rachel Aaron, auteur américaine née à Atlanta, raffole de littérature sous toutes ses formes : de la fantasy aux romans en tous genres en passant par la SF. Quand elle n’écrit pas elle-même elle ne peut s’empêcher de lire tout ce qui lui passe sous la main.

Premier tome d’une série de fantasy qui en comptera au moins cinq, Le voleur aux esprits est un roman qui renouvelle joliment le genre avec une espièglerie certaine. Aux Etats-Unis, le quatrième tome de la série paraîtra en juillet 2012.

Un Arsène Lupin version fantasy


Eli Monpress est beaucoup de choses : fieffé voleur, intelligent, malicieux, magicien, et aussi… kidnappeur de rois. En effet, ce dernier n’a pas trouvé mieux que d’enlever le roi de Mellinor à son royaume pour obtenir une rançon digne de ce nom. Son plan était presque parfait, jusqu’à ce qu’arrive une émissaire de la Cour des Esprits, censée appréhender le magicien par tous les moyens…

Un début d’intrigue assez classique certes, mais fort bien développé par la suite. Notons toutefois que le point fort du roman réside surtout dans son écriture plutôt que dans son scénario. 

Un univers rafraichissant où les esprits sont omniprésents

Oubliez tout de suite les longues formules magiques à apprendre pendant des heures, ou encore les manuscrits poussiéreux recelant une pléthore d’incantations. Ici, point besoin de cela, les magiciens sont des êtres qui possèdent en fait une affinité avec les esprits. Leur degré d’affinité détermine leur puissance.

Les esprits ne sont pas des esclaves au service de l’homme mais des associés. Un système de magie intéressant que l’auteur explique très bien, et dont l’univers est très fouillé.

Tout est esprit : de la simple porte en bois à la pierre trouvée au fond d’une forêt…et certains magiciens très doués peuvent communiquer directement avec toutes sortes d’esprits, c’est d’ailleurs le cas d’Eli. Capable de faire la conversation à un arbre puis de raconter une plaisanterie à une pièce de tissu l’instant d’après.

L’univers décrit est si plein de bons sentiments que l’on sent parfois les échos de la light fantasy se mélanger à un genre résolument épique sur le fond. Une combinaison réussie.

Des personnages envoûtants et charismatiques

Outre la magicienne Miranda Lyonet et le voleur Eli Monpress, quelques autres personnages méritent d’être présentés ici. Il y a Josef, qui accompagne Eli à chaque instant, c’est des meilleurs bretteurs du monde connu, il possède une incroyable loyauté envers les autres et a une droiture d’esprit tout aussi respectable. Enfin, il y a Nico, une jeune femme bien mystérieuse dont on ne sait pratiquement rien jusqu’à la fin. Elle ne fait confiance à personne d’autre qu’à Josef. Tous à leur manière ont une personnalité bien ancrée, facilement mémorable, et surtout attachante.

En ce qui concerne le caractère de notre anti-héros Eli, ce dernier fait fortement penser à celui d’un autre personnage fort plaisant de la littérature fantasy : Tass Racle-Pieds le kender, voleur par le sang et voyageur inconditionnel dans la série Lancedragon. Alors, clin d’œil voulu ou simple hasard ?

En somme ce premier tome est une très plaisante découverte qui donne envie de vite retrouver Eli et ses coéquipiers pour de nouvelles aventures ! Une surprise en terre fantasy qui fait plaisir à voir.

Laura Vitali