Nouvelle Vie™
( 1 )
de Pierre Bordage
aux éditions L’Atalante
Genre : SF

Auteurs : Pierre Bordage
Couverture : Gess
Date de parution : mai 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Recueil
Nombre de pages : 232
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Pierre Bordage

Premier recueil de nouvelles de l’auteur

On connaît Pierre Bordage, auteur de romans et de grands cycles : Les Guerriers du Silence (Grand prix de l’imaginaire et prix Julia Verlanger en 1994), Wang (prix Tour Eiffel de la science-fiction), Rohel le conquérant ou encore dernièrement L’Ange de l’abîme. Par contre, on connaît moins Pierre Bordage, le novelliste. Les éditions de L’Atalante ont donc décidé de réunir douze nouvelles et un préambule pour offrir aux lecteurs le premier recueil de Pierre Bordage : Nouvelle Vie™.

Quand la technologie prend le pas sur l’homme

Un homme, dont les gènes ont été brevetés par une compagnie, qui se retrouve rat de laboratoire pour sauver sa fille, un paumé qui se vend pour servir de proie dans une partie de chasse à l’homme, une école à la maison qui conditionne les enfants pour devenir des êtres parfaits, deux gamins prêts à tout pour changer leurs euros contre des dolluans, un homme qui fait la paix avec lui-même pour devenir porte-parole de la paix dans le monde, etc...

Pierre Bordage nous offre ici des instantanés de vie dans un univers où tout s’achète et tout se vend : patrimoine génétique, vie, futur et même la mort.

Kaléidoscope de vies

Dans ce recueil de nouvelles, le lecteur découvrira un kaléidoscope des thèmes et univers habituels des romans de Pierre Bordage : biotechnologies qui empiètent sur la liberté de l’homme, quête vers une humanité parfaite au détriment de l’individu, dérives de l’évolution technologique (clonage, manipulations génétiques...), sociétés hyper-industrialisées...

Ainsi, Pierre Bordage mélange le pire de l’Homme et le meilleur. La violence côtoie l’altruisme. L’individualisme et l’apathie se mélangent avec l’amour et la rage de vivre. Si dans l’ensemble, les nouvelles sont réussies et écrites dans un style irréprochable, peu d’entre elles marquent le lecteur. Pourquoi ? Peut-être tout simplement car elles ont un goût de déjà vu, ou plutôt de déjà lu. Dans Eurozone, on découvre Nat et Ed, deux gamins tentant de survivre dans une ville ravagée. Ces deux personnages ressemblent étrangement à ceux de Pibe et Steph dans L’Ange de l’abîme. De même, dans Ma Main à couper, Azem se retrouve à jouer le rôle de cible dans une chasse à l’homme dans un environnement urbain. Rapidement, il se rend compte que les chasseurs peuvent le suivre à la trace... Grâce à sa puce biologique. Ca ne vous rappelle pas Running man de Stephen King ?

Il y a tout de même quelques perles. Tout d’abord, un magnifique préambule, hommage à tous les écrivains qui nous font rêver. Et puis, il y a Dans le potager, surprenante histoire d’une femme qui a toujours combattu pour son idéal. Malheureusement, tel Don Quichotte guerroyant contres ses moulins à vent, sa lutte est vaine... Un jour, elle se réveille sous l’état d’une fleur carnivore... et ses instincts prennent le dessus. Ne cherchons-nous pas un idéal de vie trop compliqué ? Retourner à un état primitif ne serait-il pas la solution ?

Laure Ricote