Les Rivières de Londres
( Le dernier apprenti sorcier 1 )
de Ben Aaronovitch
aux éditions J’ai lu
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Thriller

Auteurs : Ben Aaronovitch
Traduction : Benoît Domis
Date de parution : février 2014 Réédition
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 415
Titre en vo : Rivers of London
Parution en vo : 2010
Première parution : 2014

Lire tous les articles concernant Ben Aaronovitch

Une enquête au fil de l’eau...

Ben Aaronovitch est né à Londres en 1964. Ce scénariste très doué va signer pour des séries TV comme Docteur Who, Jupiter Moon. Devenu libraire, il va se lancer dans l’écriture de romans et de là naît la série Le dernier apprenti sorcier. Un style à mi-chemin entre l’urban fantasy, le thriller fantastique et le polar.
 
Ne jamais faire confiance aux fantômes
 
Peter Grant est agent de police stagiaire, il attend avec impatience son affectation et enfin devenir un policier à part entière. Très cartésien et pragmatique, il ne croit pas aux fantômes. Pourtant lorsqu’il se retrouve à écouter l’audition d’un étrange personnage qui lui affirme avoir vu le meurtre sur lequel il travaille, il est loin d’imaginer ce qu’il attend...
 
En effet le témoin n’est d’autre que le fantôme d’un homme mort depuis plus d’un siècle. Mais les surprises ne vont pas s’arrêter là car l’inspecteur Nightingale compte bien l’intégrer dans son service. Le voilà en route pour le service des affaires surnaturelles de Londres. Il va devoir entre autres combattre des vampires, tenir un semblant de paix dans la City entre les différentes forces en présence et bien sûr commencer sa formation de sorcier. Tout un programme que le jeune homme entame très vite car le tueur sévit dans tout Londres et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin...
 
Mélange entre polar et fantastique
 
Quand l’agent Peter Grant apprend sa nouvelle affectation, il est loin d’imaginer qu’elle va l’emmener vers un horizon aux antipodes de sa petite vie rangée.
 
C’est avec une écriture assez décalée dans sa manière de présenter les situations, de décrire les personnages ou encore l’intrigue par elle-même que l’auteur nous entraîne dans un Londres so british.
 
Je reconnais que j’ai eu un peu de mal à m’y installer. L’histoire est assez ardue à suivre. Les cheminements de pensées des différents acteurs, la façon qu’à l’auteur de faire arriver les événements ou rebondissements prend souvent le lecteur à contre-pied. Je trouve personnellement qu’il manquait un peu de liant dans sa manière de planter son décor.
 
En tout cas cela donne une ambiance très particulière au roman. Très vite on ressent une certaine impression de moiteur et d’humidité, ou de froid qui nous accompagne dans cette enquête policière. La ville de Londres est un véritable personnage dans l’intrigue, d’ailleurs ses rivières y sont des déesses aux pouvoirs extrêmement puissants et déstabilisants. Ce thriller basé sur une banale histoire de meurtre va vite basculer dans une lutte de pouvoir menée par des entités séculaires. Un monde où se côtoient fantômes et autres revenants, où les sorciers servent le gouvernement de sa Gracieuse Majesté et surtout où la vengeance est un plat bien épicé.
 
Le héros du roman va avoir bien du mal à déjouer les plans machiavéliques d’un marionnettiste caché dans l’ombre et dans le corps de ses proches...
 
Une intrigue policière à tiroirs qui tombe très vite dans le fantastique et le thriller ce qui ne devrait pas vous laisser indifférent que vous soyez amateur ou pas.

Yann Blanchard