Interview 2017 : Virginio Vona pour Fenice

aux éditions
Genre : Interview
Date de parution : février 2017 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

A l’occasion de la vente aux enchères autour des comics organisée le 22 février 2017 par la maison Cornette de Saint Cyr, nous avons posé quelques questions à Virginio Vona, le créateur de Fenice.

Actusf : Pouvez-vous vous présenter et nous dire comment vous en êtes arrivé à la BD et à l’illustration ?
Virgino Vona : Bonjour je suis Virginio Vona. Je suis né à Rome où j’ai fait tout mon parcours scolaire, et j’ai fait mes premiers pas dans le monde de la bd en Italie en 1993. Après j’ai eu un long moment de pause, j’avais complètement arrêté pour différents problèmes personnels.
C’est en France en 2004 que j’ai vraiment démarré mon parcours artistique en bd en créant Fenice, que j’ai développé avec Iah-Hel mon scénariste actuel.
Concernant l’illustration pour moi c’est assez naturel de passer d’un domaine à l’autre ; j’aime beaucoup varier les supports d’expression en passant de la bd à la peinture et à l’illustration et aussi parfois à la modélisation.
 


Actusf : Quelles sont vos influences et inspirations ?
Virgino Vona : Mes influences c’est la vie qui m’entoure au quotidien : je suis très curieux et je lis beaucoup mais en bd j’aime en particulier Bilal, Druillet, Liberatore, Miller, Gimenez . En peinture j’aime tout et notamment le trait de Toulouse Lautrec, sa force, et en littérature George Orwell, Blade Runner et tant d’autres.
 
Actusf : On constate une certaine prédilection pour le milieu urbain, dans vos dessins... d’où vous vient cette préférence ?
Virgino Vona : Oui exactement l’urbain et l’architecture c’est mon domaine j’adore ça ! C’est le premier art imposé dans la vie de tout être humain et même animal, et l’urbain c’est un peu notre histoire : il façonne notre caractère. Il fait partie intégrante de ma vie, je suis né dans une ville comme Rome dans un quartier très populaire et puis Paris aussi avec ses rails, les trains… j’aime ça, la vitesse des trains et leur histoire commune avec la notre.

Actusf : Au sujet de la BD Fenice, pouvez-vous revenir sur la genèse de ce projet ?
Virgino Vona : Ce projet a vu le jour en 2004 quand j’ai rêvé du personnage de Fenice, avec ses premières esquisses. C’est en 2006 que tout a bien démarré avec la rencontre avec Iah-Hel, ensemble on a développé le projet en autoédition en associatif, et depuis on a parcouru beaucoup de chemin d’un point de vue artistique, avec des moments très forts.

Actusf : Comment s’est passée la collaboration avec Iah-Hel ?
Virgino Vona : Depuis le début très bien parce qu’on est totalement différents mais en même temps complémentaires : moi je pars dans tous les sens avec mes idées et lui arrive à tout canaliser et à bien tout recadrer. J’avais besoin d’un scénariste comme Iah-Hel. Tous les deux on développe ensemble, il n’y a pas de hiérarchie, on se respecte et il me laisse carte blanche sur beaucoup de choses ; j’ai besoin pour ma partie de création de liberté pour m’exprimer et lui aussi a sa grand partie... une très belle collaboration.
Et en plus très important le projet Fenice c’est à nous on a tout fait et aussi niveau investissement, c’est un projet totalement indépendant du système classique voire un projet alternatif.
 
 
 Actusf : BD et illustration ont-elles des contraintes différentes ? Votre manière de travailler change-t-elle selon la nature des projets ?
Virgino Vona : Oui bien sûr ce n’est pas la même chose, la bd prend plus de temps qu’une illustration et la bd c’est une narration, alors que l’illustration c’est une image fort detaillée.
Oui ma manière de travailler change et la technique aussi selon le projet, et j’aime l’évolution technique, ne pas être limité à une technique en particulier.

Actusf : Est-ce que le numérique a changé l’approche de votre métier ?
Virgino Vona : Oui je crois que le numérique a beaucoup apporté à l’évolution du métier de la bd et de l’illustration. Me concernant, oui j’utilise le numérique mais seulement pour la numérisation du travail, la mise en page et l’introduction du texte. Le numérique n’intervient pas dans ma création, dans le concept ou la mise en couleur de mon travail réalisé complètement de manière traditionnelle.

Actusf : Quels sont vos projets ?
Virgino Vona : J’ai beaucoup des projets en cours, j’avance le nouveau tome de Fenice, sortie prévue fin 2017 pour Angoulême et en même temps je prépare des illustrations pour de futures expositions. Je suis en collaboration avec la galerie Glénat et Napoléon et aussi la Galerie Huberty & Breyne. Au mois de mars il y aura une exposition virtuelle avec eux et une vente aux enchères à Bruxelles au mois de Mai, et en BD un nouveau projet, une histoire sur un seul tome.
 
---------------
 
Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur Virginio Vona :
la série Fenice
le livre Kirby and me, où Virginio Vona a fait une illustration
 
la vente aux enchères chez Cornette de Saint Cyr

 

Tony Sanchez