Lunatique 69
( Lunatique 69 )
de Lunatique et Henri Layon Oldie
aux éditions Eons
Genre : SF

Auteurs : Lunatique , Henri Layon Oldie , Giandomenico Antonioli , Xavier Dollo , Michel Bassot , Pierre Barbet , Jacqueline H. Osterrath , Guy Abadia
Couverture : Yoz
Rédaction : Jean-Pierre Fontana
Date de parution : novembre 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Revue
Nombre de pages : 136
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Lunatique ou Henri Layon Oldie

Histoire d’une renaissance… doublée d’une bonne initiative

Les plus vieux d’entre vous, les plus acharnés, se souviennent peut-être du fanzine Lunatique dans les années 60. Un fanzine qui dura près de 68 numéros sur 10 ans et qui fut dirigé d’une main de fer par Jacqueline H. Osterrath, traductrice notamment de Perry Rhodan. Animées sans doute d’un peu de nostalgie, les éditions Eons ont décidé de remettre sur pied Lunatique en lui donnant un nouveau départ. Mais ne nous y trompons pas. A voir la maquette et le sommaire, Jean-Pierre Fontana et ses comparses ont d’autres ambitions que de simplement faire revivre ce fanzine. Il ressemble désormais à un magazine avec une vraie volonté d’ouverture vers de jeunes auteurs hexagonaux ou étrangers.

Xavier Dollo

Car s’est sans doute la première surprise du sommaire, il n’y a que des auteurs peu ou pas connus. La partie européenne du sommaire va vous emmener en Allemagne, en Italie et en Ukraine. Trois nouvelles venues d’ailleurs qui ont un point commun : avoir de la qualité et un peu d’originalité à défaut d’être géniales. Si Uschi Zietsch (Allemagne) nous entraîne dans le récit plutôt classique d’un rebelle face à une société qui uniformise les esprits, Henri Layon Oldie (Ukraine) livre lui un texte plein de poésie sur la rencontre ente deux adolescents. Quant à Giandomenico Antonioli (Italie), son texte autour d’avatars de Philip K. Dick et d’autres auteurs de science-fiction est surtout une petite gourmandise pour fans de SF.

La meilleure nouvelle vient en fait de la partie française avec Xavier Dollo. Dans Là-bas il nous raconte l’étrange répétition du coup de folie d’un homme qui tue sa petite amie sur un pont à Prague. Une répétition à quelques siècles d’écart… Un récit qui a le mérite surtout d’être fort et percutant.

Et puis à tout seigneur tout honneur, on signalera la nouvelle de Jacqueline H. Osterrath qui est loin d’être une anecdote. Un bon texte mettant en scène un homme imbu de lui-même et particulièrement violent.

Bilan positif

Si l’ensemble du sommaire laisse un sentiment mitigé (des nouvelles pas désagréables mais peu enthousiasmantes), cette renaissance de Lunatique est plutôt une bonne initiative, et pas seulement pour ceux qui ont la nostalgie des 68 premiers numéros. En fait on doit surtout saluer l’apparition d’un magazine qui se permet de prendre des risques en ouvrant son sommaire à des auteurs peu connus et donc peu vendeurs. Il y a là un véritable espace de liberté et de découverte, d’une part pour les auteurs français débutants qui voudraient placer quelques nouvelles, d’autre part pour les lecteurs curieux de lire de nouveaux noms, notamment européens. Espérons que les éditions Eons garderont cette ligne pour l’avenir. Et si pour l’heure en phase de rôdage, tout n’est pas satisfaisant, l’initiative mérite d’être soutenue. Bon vent Lunatique.

Jérôme Vincent