Les poubelles pleurent aussi
de Guillaume Suzanne
aux éditions Griffe d’Encre ,
collection Novella
Genre : Anticipation
Sous-genres :
  • Humour

Auteurs : Guillaume Suzanne
Couverture : Zariel
Date de parution : septembre 2008 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 80
Titre en vo :


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Guillaume Suzanne

Petite distraction

Âgé de 27 ans, Guillaume Suzanne est un jeune auteur qui dissémine ses nouvelles ça et là depuis 2005. Il a notamment été publié dans des anthologies des éditions Eons, Parchemins et Traverses ou bien encore Mille saisons. À noter qu’il a eu les honneurs du site du journal Libération avec la publication online de son récit : Le Dindon de la Farce dans le cadre du dossier 20 ans de faits divers en 2007 (une courte nouvelle à lire ici). Les poubelles pleurent aussi est donc son premier livre, une novella éditée par Griffe d’Encre.

Nous venons en paix, mais avec nos poubelles

Le premier contact entre humains et extraterrestres a été pour le moins... étonnant. Atterrés par la saleté de la Terre, les Nods ont d’abord offert aux hommes des poubelles organiques, histoire qu’ils fassent un peu de nettoyage. Et puis peu à peu ils ont pris le contrôle des affaires, jusqu’à obliger les fumeurs à arrêter de fumer. Insupportable pour certains humains qui revendiquent le droit de se détruire en paix ! Malheureusement, le président chargé de rencontrer les Nods est un tantinet orgueilleux et surtout complètement stupide... Avec lui l’humanité est dans de sales draps.

La rigolade

Dans la lignée d’auteurs de l’imaginaire ayant choisi l’humour comme fil conducteur, Guillaume Suzanne s’en sort avec les honneurs. Il a su construire un récit où l’absurde côtoie un thème classique de la SF avec une vraie originalité dans l’humour et les idées délirantes (avec une mention spéciale pour les poubelles extraterrestres organiques qui ne peuvent pas parler mais n’en pensent pas moins, ou le président de la République qui demande aux E.T. quelles seront les questions du concours que doit passer son fils au lieu de négocier avec eux). Une grosse rigolade bien maîtrisée de bout en bout qui a le mérite de faire sourire. Pas sûr qu’on s’en souvienne longtemps. Mais on aura au moins passé une ou deux heures plutôt agréables. En tout cas c’est la confirmation qu’un auteur est peut-être en train de naître et qu’il faudra le suivre. Une bonne idée des éditions Griffe d’Encre.

Jérôme Vincent