Malbosque
de Gilles Bailly
aux éditions La Clef d’Argent ,
collection J’ai la Terre qui tourne
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Mondes parallèles

Auteurs : Gilles Bailly
Date de parution : avril 2009 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 200
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Gilles Bailly

Gilles Bailly, écrivain connu pour ses nouvelles fantastiques parues dans de nombreuses revues dont le Codex atlanticus, signe ici avec Malbosque son premier roman.

De l’utopie à l’enfer

Malbosque
s’ouvre sur l’histoire d’un écrivain en quête de substance. Il décide alors de quitter son quotidien pour suivre les chemins vers lesquels le mène sa voiture : "celle qui lui murmurait qu’un génie dormait en lui.....il n’ avait plus toute l’éternité devant lui ". Son arrivée en pleine campagne le projette peu à peu à la frontière du réel, du fantastique et de l’absurde. C ’est au détour de ses nombreuses rencontres que le récit dérive. Sa rencontre avec deux jeunes filles machiavéliques, un village qui change d’endroit tous les mois, un bûcher tout de patchwork de ferrailles et des réseaux de galeries interminables, sont autant d’éléments qui vont le pousser peu à peu à rejoindre un autre groupe d’individus en quête d’une autre vie. Le mode de vie communautaire et le fantasme de l’autarcie tournent alors au cauchemar. Dans Malbosque, "L’enfer c’est les autres", "les éléments", "soi" .

L’odyssée


Malbosque
pourrait être l’expression du mélange de Huis clos, pour la
promiscuité et le caractère beaucoup "trop" humain des personnagesde Cube pour les labyrinthes réels et métaphoriques dans lesquels ils sont enfermés et de L’Odyssée, pour la lutte contre les éléments et l’apport initiatique de leur quête utopiste. Malbosque c’est l’histoire d’un périple difficile à suivre, du point de vue temporel pour commencer, mais aussi topographique, les lieux changent très rapidement, les personnages aussi. Il est parfois difficile de saisir les passages des frontières entre réel et fantastique et de saisir à quel moment les protagonistes sombrent dans la folie. Le voyage au cœur de la campagne française se transforme alors assez vite en une expédition dans des couloirs sous terrains qui mèneront certains personnages à leur perte. Pour d’autres, cette expédition s’ouvre sur la découverte de pays lointains où l’imaginaire et le réel coexistent facilement, avec comme point commun une certaine idée de la cruauté.

Une belle alchimie


Malbosque
est en fin de compte le résultat d’une alchimie réussie et originale, dans le fond aussi bien que dans la forme, où se mêlent avec subitilité plusieurs dimensions et plusieurs niveaux de lecture.
Gilles Bailly joue avec les symboles, les codes et entraîne le lecteur dans un labyrinthe inattendu, frôlant parfois l’absurde. Malbosque est un roman qu ’on prend plaisir à relire pour mieux saisir tout ses aspects et reconstituer le puzzle qui amene les protagonistes à leur destination finale, totalement métaphorique.

Axelle

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.