ITW Makino Osamu
de Osamu Makino
aux éditions
Genre : Anticipation

Auteurs : Osamu Makino
Date de parution : juin 2009 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Osamu Makino

Né en 1958. Auteur qui a percé dans les années 1990 avec un recueil de nouvelles, Mouse (Souris), se déroulant sur une île où des enfants livrés à eux-mêmes forment une société avec ses propres règles, excluant les adultes. Ses univers sont décalés et jouent sur l’ambiguïté entre réalité et fiction.

Actusf : Comment en êtes-vous venu à écrire de la SF ?
Makino Osamu : Depuis toujours, les histoires réalistes classiques ne m’intéressent pas. Les récits un peu fous, imaginaires, en un mot les récits étranges et surprenant m’ont toujours attiré. Du coup, j’en suis venu à écrire moi-même ce type de récits.

Actusf : Selon vous, quelles sont les œuvres marquantes en SF et fantasy ?
Makino Osamu : Kamikari (A la poursuite de Dieu) pour la SF et ôseki dorobô (Les voleurs de trésor) pour la fantasy, deux romans de Yamada Masaki.

Actusf : Quels sont vos auteurs et œuvres préférés ? En SF et en dehors ?
Makino Osamu : Comme vous pouvez le constater à ma réponse précédente c’est Yamada Masaki. Par contre difficile de dire quelle œuvre de SF je préfère… une œuvre qui me vient à l’esprit est Yapoo, bétail humain de Shozo Numa. En dehors de la SF, j’aime bien Frisk de Dennis Cooper. Les essais de Kanai Emiko sont bien aussi, mais ce sont ses romans qui m’ont le plus influencés ces dernières années.

Actusf : Vos débuts en tant qu’auteur ?
Makino Osamu : J’ai commencé à écrire des romans dès mes 10 ans, mais je ne pensais pas devenir écrivain. Passé 30 ans, l’envie m’a pris d’en faire mon travail. Je me suis rendu compte que je n’étais guère capable de faire autre chose.

Actusf : Quelle est parmi vos oeuvres, celle que vous considérez comme la plus aboutie ? Quels sont vos thèmes et motifs privilégiés ?
Makino Osamu : Kugutsukô (Les marionnettistes). Le thème de ce roman est la victoire de l’imagination ou comment l’imaginaire sauve les protagonistes. 

Actusf  : Vos projets ?
Makino Osamu : Continuer à vivre de mon travail d’auteur dans une société de plus en plus dure et impitoyable. Je deviens trop terre à terre, d’un coup !

Actusf : Au Japon, y a-t-il beaucoup de lecteurs de SF et fantasy ? Et beaucoup d’auteurs en écrivent-ils ?
Makino Osamu : Il y a pas mal d’auteurs il me semble…
Je ne sais pas s’il y a beaucoup de personnes qui lisent des romans écrits par des auteurs spécialisés en SF et fantasy, mais les light novel et les animés sont deux supports très populaires.

Actusf : Quelle est l’influence de la SF américaine ? Et qu’en est-il du poids des traductions ?
Makino Osamu : En ce qui me concerne, j’ai reçu l’influence d’auteurs japonais eux-mêmes influencés par la SF anglo-saxonne. J’ai donc reçu une influence indirecte en quelque sorte.

Actusf : Quels sont les thèmes abordés par la SF japonaise ?
Makino Osamu : Je ne sais pas jusqu’à quel point la SF japonaise a conscience de la société actuelle, mais si on considère, par exemple, le développement de technologies telles que les téléphones portables et leur influence sur les rapports humains, je pense que seule la SF est à même de traiter des divers problèmes d’actualité et d’y apporter des réponses.

Actusf  : Que pensez-vous du phénomène des light-novel ?
Makino Osamu : Plusieurs années ont passé depuis l’émergence de ce genre romanesque, et on peut dire que c’est un genre en plein boom. Il y a du bon, du mauvais, des trucs idiots et des trucs incompréhensibles, bref une variété assez impressionnante ; plus qu’un genre, c’est davantage un produit qui a pris la forme du roman. Mais je crains de ne pas pouvoir être plus précis, c’est assez compliqué…

Tony Sanchez