Les Sortilèges de la guiterne
( L'Odyssée Dalemark 1 )
de Diana Wynne Jones
aux éditions J’ai lu ,
collection Baam !
Genre : Biographie
Sous-genres :
  • Heroic fantasy

Auteurs : Diana Wynne Jones
Couverture : Arnaud Cremet
Traduction : Laurence Kiefé
Date de parution : avril 2009 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 256
Age minimum : 12 ans
Titre en vo : Cart and Cwidder
Cycle en vo : Dalemark Quartet
Parution en vo : 1975

Lire tous les articles concernant Diana Wynne Jones

Un adolescent en quête d’identité, dans un royaume en pleine débâcle

Diana Wynne Jones est un auteur de fantasy jeunesse renommé qui a reçu le prix World Fantasy Awards 2007 pour l’ensemble de son œuvre. Son roman le plus connu est Le Château de Hurle (Howl’s Moving Castle), dont Hayao Miyazaki a réalisé une magnifique adaptation avec son film d’animation Le Château ambulant. Ses œuvres ayant été traduites tardivement en français, L’Odyssée Dalemark, Livre I, Les sortilèges de la guiterne est le premier tome d’une nouvelle épopée magique, qui a déjà été publié en version originale en 1975, sous le titre Cart and Cwidder.

S’il s’agit du premier des quatre volumes du cycle de
L’Odyssée Dalemark par ordre de parution, il tient lieu néanmoins de troisième tome dans l’histoire chronologique du royaume. Les deux premiers, publiés par la suite, Drowned Ammet (1979) et The Spellcoats (1977), reviennent sur les origines du royaume du Dalemark. Seul un autre volume, The Crown of Dalemark (le quatrième dans l’ordre chronologique et de parution, publié en 1993), suivra le héros des Sortilèges de la guiterne.

Un royaume scindé en deux

Dans le royaume du Dalemark, le Nord et le Sud sont en désaccord depuis des temps immémoriaux. A la mort du dernier Roi, il n’y a aucun héritier pour monter sur le trône : les différents ducs reprennent alors le pouvoir dans leurs duchés respectifs. Au Nord, le monde est libre, mais dans le Sud la population est opprimée, craintive et isolée. Le pays est ainsi clairement coupé en deux.

Moril (Osfameron Tanamoril), jeune garçon à la chevelure rousse flamboyante, et sa famille – son père Clennen, sa mère Lenina, sa sœur Brid et son grand frère Dagner - sont des artistes itinérants, qui se déplacent en charrette de ville en ville pour présenter leur spectacle musical, délivrant également les messages qui leur sont confiés, et transportant de temps en temps des passagers. La petite troupe est dirigée par Clennen, chanteur et musicien hors pair, qui avait su soustraire Lenina à son premier prétendant, Ganner, un duc du Sud. Depuis lors, cette dernière l’accompagne fidèlement. Un nouveau passager les rejoint, Kialan, un jeune garçon comme Moril, que Clennen s’est engagé à accompagner dans le nord du Dalemark.

Mais il est dangereux de traverser les contrées du Sud. Alors qu’ils se dirigent vers le Nord, un groupe d’homme surgit brusquement dans une forêt et tue Clennen. Avant de trépasser, celui-ci confie sa guiterne à son fils Moril. Sans ressources, Lenina choisit de retourner vivre avec ses enfants auprès de Ganner, le Duc de Markind, son ancien prétendant. Mais Moril, Dagner et Brid décident de s’enfuir et d’accompagner le mystérieux Kialan vers le Nord. Ils vont donc devoir subvenir par eux-mêmes à leurs besoins, et traverser les dangereuses régions du Sud. Moril va alors apprendre à réveiller les pouvoirs magiques de la guiterne léguée par son père.

Un roman d’apprentissage classique

Diana Wynne Jones s’inspire de la mythologie nordique – le cycle ne s’intitule pas L’Odyssée Dalemark par hasard –, pour construire son histoire, dans un univers moyenâgeux. Pourtant, dans ce premier tome, le soin apporté à la construction de l’univers dans lequel évoluent les personnages ne suffit pas à apporter une réelle profondeur à ce royaume imaginaire. Celui-ci est pourtant bien décrit et délimité (une carte du monde permet de suivre aisément les pérégrinations de Moril), et les personnages s’avèrent assez nombreux (on les retrouve tous dans le lexique de fin). Mais l’accent est plutôt mis sur les sentiments du héros, Moril, au détriment de bien d’autres pistes restées inexploitées.

Il s’agit bien évidemment d’un roman d’apprentissage, dans lequel le héros va pas à pas apprendre à se connaître lui-même et à devenir un adulte responsable. Il débute donc par la séparation d’avec ses parents, indispensable à son évolution. Comme lui précise son père au moment de mourir : « Pour l’instant, tu es fait de deux moitiés […] Si tu réussis à te rassembler, nul ne sait jusqu’où iront tes pouvoirs ». Moril va alors partir à la recherche de sa véritable personnalité, à travers les épreuves qui l’attendent, dans un combat pour libérer le royaume du Dalemark du joug des ducs du Sud. La guiterne magique sera l’instrument qui lui permettra de se surpasser.

Une suite à attendre

Ce premier volume tient lieu de prélude, et il est difficile de se faire une opinion dès à présent. Il faudra donc attendre la suite de cette histoire pour savoir s’il ne s’agit que d’un anecdotique roman de quête initiatique comme on en fait tant en fantasy jeunesse, ou bien d’une série de qualité pour adolescents. L’aventure, lente à démarrer dans ce premier tome, se termine sur une scène presque biblique, avec la découverte de l’étendue des pouvoirs magiques de la guiterne, qui laisse présager de nombreuses péripéties à venir. Rendez-vous prochainement pour la suite de la tétralogie.

Chloé