L’Impératrice des Ethérés
de Laura Gallego Garcia
aux éditions Baam !
Genre : Fantastique

Auteurs : Laura Gallego Garcia
Couverture : J-S. Rossbach
Date de parution : janvier 2010 Inédit
Langue d'origine : Espagnol
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 254
Age minimum : 12 ans
Titre en vo : La Imperatriz de los Etéros
Parution en vo : 2007

Lire tous les articles concernant Laura Gallego Garcia

Jusqu’où peut-on aller pour ses amis ?

Laura Gallego Garcia est espagnole. Elle a été découverte par le public au travers de sa trilogie des Chroniques de la Tour et son succès s’est confirmé avec les livres suivants, comme Deux Cierges pour le Diable. Apportant une vision toute personnelle servie par une écriture profonde, elle a aussi écrit plusieurs livres jeunesse.

Une quête glacée

Bipa est une jeune fille qui survit, avec sa famille et son village, à la surface d’un terrible monde glacé. Le soleil n’est même plus une légende et la fin des temps approche. Bipa ne rêve pas, n’imagine pas. Elle se contente de vivre, avec un pragmatisme terre-à-terre imposé par la violence du froid qui règne hors des grottes où elle vit.
Aer est tout le contraire de Bipa. Il ne se contente pas de ce qu’il a, il cherche plus, plus loin, même au-delà du possible. Son père est venu d’ailleurs, du froid. Mais il est reparti et toute son enfance, Aer a rêvé de le suivre. Ce qu’il finit par faire en disparaissant un jour.
Bipa se lance à sa poursuite, se jurant de le ramener, de le faire revenir parmi les siens. C’est le début d’une quête dans laquelle elle devra aller jusqu’au bout de ses forces, abandonner une part d’elle-même, de ce en quoi elle croit. Mais sans renoncer à ce qu’elle est. Car derrière le périple entrepris par Aer se cachent de terribles réalités, une horreur et une déchéance que Bipa ne peut pas accepter. Ni pour elle, ni pour son ami, ni pour qui que ce soit.

Une lecture plus complexe qu’il n’y paraît

Un héros rêveur qui se perd, une héroïne aux pieds bien plantés dans la terre, un monde impitoyable et un zeste de magie... Voilà de quoi écrire une quête dans le plus pur style de la fantasy, avec le triomphe des bons sur les méchants et une fin morale. Oui, certes, et Laura Gallego Garcia s’y est attelée, nous offrant un texte intéressant.
Mais elle ne s’est pas arrêtée là. Même si ses personnages sont un peu manichéens et enfermés dans leur définition au point de glisser par moment vers la caricature, le propos de ce livre est bien plus profond, poussant le lecteur à plus de réflexion.
Il est possible de le lire comme une quête, celle de l’adolescent enfermé dans le chaud cocon de sa famille et qui, poussé par un élément extérieur - un garçon par exemple - va ouvrir une porte et se retrouvé entraîné sans possibilité de retour sur le chemin d’un changement inexorable. Au point de ne plus se reconnaître lui-même quand il se regarde dans le miroir. Avec le risque de se perdre, de s’oublier en route.
Il y a aussi dans ces pages un vibrant appel à ne pas oublier qui nous sommes, d’où nous venons. Bipa est cela, une ancre terrestre qui ne se laisse pas abuser par les apparences. Elle voit les gens tels qu’ils sont à l’intérieur. Elle ne cherche pas à changer d’apparence, à se couler dans la norme, à évoluer et rejeter ses oripeaux pour complaire au plus grand nombre. Elle s’affirme, sans juger l’aspect des autres. En se contentant juste de regretter leurs choix.
Ce livre est chargé de réflexions, il offre une lecture riche sans être pesante.

Jean Rébillat