L’Imaginaire au prix Goncourt !
(06/07/2017)

 

 

 

Les éditions ActuSF, Le Bélial’, Critic, Au Diable Vauvert, Mnémos, Les Moutons Électriques, Le peuple de Mü auront le plaisir de faire parvenir leurs ouvrages aux membres du jury du prix Goncourt.
 
"Quelque part, le jeudi 6 juillet 2017
 
 
Au cours du 20ème siècle et particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, les littératures de l’imaginaire se sont effacées, nationalement et petit à petit, des chroniques, critiques, voix, écrans et récompenses. Une séparation amiable, sans vagues, arrangeante.
 
Le genre, pourtant, a toujours été présent depuis les contes de Rabelais jusqu’à l’onirisme fantastique de Barjavel en passant par Cyrano de Bergerac et même John-Antoine Nau, première récompense du prix Goncourt en 1903 pour Force ennemie, un roman de science-fiction. D’autres romans dits de l’imaginaire ont d’ailleurs été récompensés par ce prix littéraire.
 
Aujourd’hui, il est temps pour nous de revenir.
 
Éditrices, éditeurs, signataires du présent communiqué, décidons cet été de faire connaître ou reconnaître les nouvelles plumes de l’imaginaire et de proposer à l’académie Goncourt les publications susceptibles de retenir l’attention de ses membres.
 
Nous sommes de retour. "
 
     
 
Les livres qui seront envoyés à l’académie Goncourt sont :
ActuSF (edition@actusf.com) : La Fée, la pie et le printemps d’Elisabeth Ebory
Bélial’ (contact@belial.fr) : Le Temps de Palanquine de Thierry Di Rollo
Critic (communication@critic.fr) : Satinka de Sylvie Miller
Moutons électriques (contact@moutons-electriques.fr) : Pierre-fendre de Brice Tarvel.
Peuple de Mü (contact@lepeupledemu.fr) : Petit Blanc de Nicolas Cartelet
 
Les éditions Au Diable Vauvert et Mnémos sont signataires du communiqué et soutiennent pleinement la démarche engagée. Elles auront le plaisir de soumettre leurs ouvrages dits de l’imaginaire aux membres du Jury Goncourt lors des prochaines années.
Voir sur le forum...

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.