Les livres préférés des traducteurs #4
(06/04/2018)

 

 

 

En ce mois d’avril, les traducteurs vous révèlent quels sont leurs romans fétiches.

Et nous finissons aujourd’hui ce petit tour d’horizon avec Mélanie Fazi.
 

Actusf : Quels sont vos trois livres préférés dans tout ceux que vous avez traduit ? Il y a des raisons particulières pour ces choix ?

Mélanie Fazi : Il serait difficile pour moi, voire un peu absurde, de désigner des « livres préférés » parmi tous ceux que j’ai traduits, mais j’en distinguerais plusieurs qui ont représenté des étapes marquantes.

Lignes de vie - Graham Joyce (Bragelonne)
J’adorais déjà les livres de Graham Joyce avant de le traduire ; j’avais notamment été très marquée par En attendant l’orage, sur lequel j’allais travailler plus tard. Ce fut donc une joie immense de me voir confier cette traduction. Il y a pour moi un avant et un après-Lignes de vie : j’ai beaucoup appris en traduisant ce livre, qui m’a notamment fait prendre conscience, de manière très concrète, de la nécessité de s’éloigner de la lettre pour respecter profondément l’esprit. Certains passages au souffle quasi lyrique, notamment la scène centrale qui se déroule pendant le Blitz de Coventry, auraient mal supporté une traduction trop littérale. Et puis cette chronique d’une famille un peu étrange, où le fantastique est amené par petites touches discrètes, oniriques et poétiques, m’a énormément touchée. C’est un des rares livres à m’avoir fait pleurer en cours de traduction.




Ainsi naissent les fantômes - Lisa Tuttle (Folio SF)
Ce recueil est sans doute mon projet de traduction le plus personnel puisque j’ai également sélectionné et préfacé les textes, à la demande des éditions Dystopia qui m’ont laissé carte blanche pour traduire un auteur de mon choix. J’ai tout naturellement choisi Lisa Tuttle dont je suis une grande fan depuis l’adolescence et dont je connaissais quelques textes inédits en français. J’ai été ravie que ce recueil trouve son public et contribue à redonner un coup de projecteur sur une écrivaine qui n’était plus traduite en France depuis une dizaine d’années, et que de nouveaux lecteurs ont découvert à la parution de ce livre. Ce fut aussi l’occasion de faire venir Lisa en France pour quelques dédicaces. Les textes m’ont donné du fil à retordre mais c’était un plaisir immense de servir de passeuse à des nouvelles aussi dérangeantes que Ma Pathologie ou aussi émouvantes que Le Remède. C’était aussi, d’une certaine manière, un moyen de m’acquitter d’une dette, car Lisa Tuttle a eu une influence énorme sur ma propre écriture. Je lui dois en grande partie mon amour de la nouvelle fantastique et des récits où le surnaturel fait écho aux propres failles des personnages.




La Voie des Rois - Brandon Sanderson (Le Livre de Poche)
Je ne peux pas parler de traductions marquantes sans mentionner Brandon Sanderson, qui est désormais l’auteur dont j’ai traduit le plus de livres. En acceptant de traduire L’Empire Ultime en 2009, je ne savais pas dans quelle aventure je m’embarquais, mais ce fut une belle surprise. La Voie des Rois en particulier a marqué une étape : jamais je n’aurais cru qu’on me confierait un pavé de fantasy aussi long et aussi dense, ni surtout que je serais capable de m’en sortir. En réalité, ce n’est pas tellement sa taille qui m’a posé problème : il y a trois fois plus de travail que sur une traduction moyenne, mais on dispose aussi de trois fois plus de temps. En revanche, je me suis arraché les cheveux sur les centaines de néologismes à inventer, dont je n’avais pas toujours la clé car la série ne fait que commencer et doit compter dix volumes à terme. J’ai travaillé dans la peur constante de me tromper en fixant le lexique pour le reste de la série. Ce roman et sa suite, Le Livre des Radieux, sont ce que j’ai eu de plus difficile à traduire jusqu’à présent, mais c’est aussi un grand plaisir. En tant que lectrice, je ne serais pas allée spontanément vers ce genre de saga, mais je la trouve passionnante à décortiquer en ayant, pour ainsi dire, les mains dans le cambouis, en regardant comment les intrigues sont construites, les éléments introduits peu à peu, les révélations amenées. Et puis c’est une expérience vraiment unique d’être la traductrice des différentes séries d’un auteur et de regarder son univers se développer petit à petit.