- le  

1982-2000, Le Renouveau

Stephen Baxter ( Auteur), William Gibson ( Auteur), Jacques Sadoul (Anthologiste), Dan Simmons ( Auteur), Bernard Bitler (Illustrateur de couverture), Kim Stanley Robinson ( Auteur)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/01/2001  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

1982-2000, Le Renouveau

Encenser les volumes d’Une histoire de la Science-Fiction commence par être une habitude. Déjà trois fois que l’on couvre de louanges ces petites anthologies culturelles. Il faut dire que le concept est sympathique. Pour ceux qui auraient loupé les premiers épisodes, rappelons qu’il s’agit d’un historique de la SF par période accompagné de nouvelles illustrant l’époque choisie. En général, le cours d’histoire est court et clair et les textes cachent quelques chefs d’œuvres appréciables. Bref, Une Histoire de la SF est un bon moyen de se cultiver à pas cher, tout en prenant du plaisir. On aurait tort de s’en priver.

"Le renouveau" à la hauteur…

Devant autant de qualités de ces prédécesseurs, il n’y avait pas de raison que le tome 4 ne soit pas à la hauteur. La période nommée à juste titre : Le renouveau, est riche d’auteurs tous plus talentueux les uns que les autres. Dan Simmons, Stephen Baxter, William Gibson pour ne citer que ceux là sont apparus ces 20 dernières années. Jacques Sadoul les a bien sûr mis au sommaire.

Première caractéristique de ce recueil : pas mal de nouvelles puisent dans les préoccupations de nos sociétés pour leurs histoires. Citons au passage Connie Willis ou Kim Stanley Robinson. Le récit de cette première, Ado, dénonce ni plus ni moins la dérive judiciaire de l’Amérique. Une enseignante tente désespérément de faire étudier Hamlet à ses élèves. Malheureusement, elle doit se dépêtrer entre les différents lobbies qui lui imposent leurs volontés sous peine de porter plainte. Les armuriers par exemple, refusent que l’on parle des épées en tant qu’objet de destruction. Derrière suivent les écologistes, les féministes, la Commission Œcuménique Néo-Naturiste Estivale, l’Internationale des Entrepreneurs de Pompes Funèbres et j’en passe. Au final, il ne reste plus grand chose d’Hamlet. On sent ici les grincements de dents de l’auteur (enseignante elle-même) sous le couvert de l’humour…

Pilleurs...

Le créneau de Kim Stanley Robinson est tout autre. Ici il s’agit d’un habitant de Venise chargé de s’occuper de deux Japonais en goguette. Mais les deux larrons ne sont pas là pour jouer les touristes. Ils ont pour mission de démonter pierre par pierre une madone de la ville pour l’emmener dans leurs pays. Voilà de quoi énerver sérieusement notre héros.

... et hackers

A l’heure des prémices de l’informatique, William Gibson a réussi à faire de l’ordinateur un terrain de jeu et d’aventure. Le grand manitou du Cyberpunk n’a jamais cessé d’explorer les univers virtuels de Neuromancien à Idoru. En ce sens, sa nouvelle Gravé sur Chrome est assez représentative de sa carrière. Il s’agit bien sûr de cyberpunk avec deux jeunes hackers partis pour le détournement de fonds du siècle via le réseau. Mais se faisant, ils risquent tout simplement leur vie dans l’opération. Une bonne histoire de braquage de banque virtuelle. On n’en attendait pas moins de la part de Gibson.

Le reste des nouvelles est tout aussi hétéroclite et plaisant. Dans le lot, on citera quand même Le Styx coule à l’envers de Dan Simmons. L’histoire de cette famille qui accueille le zombie de la mère disparue est tout simplement un véritable chef d’œuvre comme on en voit trop peu. Une grande claque pour refermer ce recueil.

Vous l’aurez compris, encore une fois Une histoire de la SF vaut le détour. Voilà une série tout bonnement indispensable. La suite arrivera bientôt avec un volume spécial auteurs français. On s’en réjouit d’avance.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?