- le  

Asphodale 04 spécial George R.R. Martin

George R. R. Martin ( Auteur), Michel Pagel ( Auteur), Brian Stableford ( Auteur), Lionel Davoust (Redacteur en chef), France-Anne Ruolz (Redacteur en chef), Yoss ( Auteur), Jean-Pierre Normand (Illustrateur de couverture), China Miéville ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Date de parution : 31/07/2003  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Asphodale 04 spécial George R.R. Martin

Il y a un an (un peu moins), le premier numéro d'Asphodale sortait. Deuxième revue de fantasy trimestrielle après Faeries, elle s'est rapidement installée dans le paysage de la science fiction française. Au total sur cette année et ses quatre premiers numéros, Asphodale aura publié 19 auteurs (5 français pour 14 étrangers) des plus connus comme Silverberg ou Resnick aux petits nouveaux dans l'hexagone comme Andrezej Sapkowski ou Esther M.Friesner. On retiendra également qu'il n'y a pas de "pensionnaire" chez Asphodale. Seuls trois auteurs auront eu deux fois les honneurs du sommaire (Brian Stableford, Kristine K.Rusch et Sean McMullen). Bref, en plus de la qualité, la revue s'appuie sur la diversité de ses auteurs, essentiellement anglo-saxons mais pas seulement. Pour souffler sa première bougie, l'équipe a choisi de se lancer dans un dossier sur George R.R.Martin, l'auteur de la série du Trône de Fer.

Michel Pagel et China Miéville

Disons le tout de suite, ce numéro 4 d'Ashpodale est une vraie réussite. Un bon cru avec d'excellentes nouvelles comme celle de Michel Pagel. L'auteur du roi d'Août nous emmène sur une planète colonisée par les humains mais également par les Feys. Mais la cohabitation est parfois difficile, surtout lorsque le vampirisme devient la norme... Un texte dépaysant et peu courant qui mélange bien la fantasy urbaine et la science fiction. Autre satisfaction, Brian Stableford et son Elixir de jouvence. Un récit qui se donne le temps, traîne de péripéties en péripéties avec une intrigue qui tourne autour d'une liqueur d'immortalité et d'un producteur de vin en France. Brian Stableford y fait preuve d'un humour grinçant et léger.

China Miéville donne, lui, dans la fantasy urbaine avec les aventures d'un "familier" : un être créé par un sorcier qui finalement l'abandonne après l'avoir utilisé. Mais la chose survit à la tentative de meurtre. Elle va devoir apprendre vite si elle veut survivre dans Londres. Dernier texte à signaler, celui de George R.R.Martin avec Dans les contrées perdues. L'auteur brode autour d'une vieille femme qui peut procurer n'importe quoi à ses clients. Mais le prix est souvent à la hauteur de la demande. Or une princesse veut pouvoir se transformer en loup à volonté...

Un bon numéro. Le meilleur ?

On l'a déjà dit, ce numéro 4 d'Asphodale est excellent. Les textes cités ci-dessus devraient vous faire passer un bon moment. Et si l'on n'a pas évoqué celui de Yoss, c'est simplement qu'il est un peu convenu et moralisateur (donc agaçant). En un an, Asphodale s'est imposée comme une revue incontournable. Si on reprend nos commentaires sur ces quatre premiers numéros, on a souvent évoqué le sérieux de l'ensemble et la qualité des nouvelles. Une tendance qui se confirme dans ce dernier numéro et qui espérons le continuera à se développer dans les mois et les années à venir. Asphodale fait honneur à la fantasy. Souhaitons-lui beaucoup de lecteurs.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?