- le  

Batailles

Roberto Recchioni (Scénariste), Leomacs (Dessinateur), Sophie Proust (Traducteur)
Langue d'origine : Italien
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/01/2009  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Batailles

Batailles est une bande dessinée qui nous vient tout droit d'Italie. Comme souvent de l'autre côté des Alpes, elle est totalement en noir et blanc. On la doit à Roberto Recchioni, le scénariste de la série Dylan Dog, et au dessinateur Leomacs. Une bande dessinée violente et sombre qui traverse à grands pas l'histoire de l'Italie.

1917, l'horreur de la Guerre

Alors que l'Italie est en guerre contre l'Allemagne et l'Autriche, l'année 1917 est le théâtre de violents combats qui se terminent souvent à la baïonnette. Dans la furie d'un assaut, le sous-lieutenant Pietro Battaglia (Pierre Bataille si l'on devait traduire son nom) tombe assommé sous les coups d'un soldat autrichien. En se relevant parmi les morts, il décide que cette guerre n'est plus la sienne et rentre retrouver sa promise en désertant. Mais sur sa route, il croise un soldat ennemi qui lui tire une balle dans le cœur. Inexplicablement, Pietro se réveille en vie dans la maison d'une femme qui vit seule. Quelque chose s'est cassé en lui. Il n'est plus vraiment humain et la violence devient une raison suffisante d'exister...

Intrigante

Batailles est une bande dessinée violente, très violente. Pietro laisse dans son sillage une quantité de cadavres assez impressionnante sans qu'il n'éprouve plus une seule trace d'humanité ou de compassion. Son sourire en dit long lors de ses tueries. Lui se sait immortel, même lorsque la moitié de son crâne est emportée par un tir de carabine. Que vaut alors une vie à ses yeux ? Ce qui est surtout intéressant, c'est ce que mettent les deux auteurs derrière cette histoire. D'abord la révolte du héros contre les ordres de sa hiérarchie en pleine première guerre mondiale, puis sa désertion et sa vengeance sonnent comme un plaidoyer (facile certes) contre l'absurdité des conflits armés. Son intervention ensuite dans les affaires d'un village italien déchiré entre plusieurs clans juste avant une élection en 1949 ressemble fort à une dénonciation de la corruption en politique, un thème plus que jamais d'actualité en Italie. Enfin, la perte de son humanité est sans aucun doute l'enjeu majeur du récit. On imagine, peut-être à tort, qu'une sorte de rédemption l'attend dans la suite de l'histoire.

Batailles est donc un récit plutôt intéressant sur le fond, d'autant que la forme est au rendez-vous avec un dessin inégal mais assez bien étudié par endroit. On y sent bien l'horreur de la guerre en 1917 et toute l'intrigue autour des élections dans un village rappelle les vieux films en noir et blanc de l'époque et des années 50, Pietro ressemblant parfois à des acteurs comme Lino Ventura (mais on est sans doute plus vraiment dans les mêmes dates) avec son costume simple et ses épaules carrées de cogneur. Une bande dessinée qui mérite en tout cas qu'on s'y attarde.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?