- le  

Brumes et tempêtes

Robin Hobb ( Auteur), Mathias Bonnard (Illustrateur de couverture), Véronique David-Marescot (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/09/2005  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Brumes et tempêtes

Robin Hoob n’est plus à présenter. Grâce à son cycle de L’Assassin royal, dont le douzième et avant dernier tome vient de sortir aux éditions Pygmalion, elle a acquis une notoriété et une reconnaissance auprès du public. Sa deuxième saga, Les Aventuriers de la mer, s’intercale directement entre le sixième et septième tome des aventures de Fitz chevalerie. Etant actuellement au quatrième tome pour J’ai Lu et cinquième tome chez Pygmalion, de ce cycle, il faut être patient avant de reprendre la saga principale. Ses premiers romans, écrits sous son véritable nom Megan Lindholm, ont été publiés aux éditions Mnémos et Le Pré aux Clercs.

Chemins de vie…


Les destins de Hiémain, de La Vivacia et de Kennit se croisent enfin. En effet, en pourvoyant des esclaves, Kyle s’est condamné lui-même. Une révolte a éclaté sur la vivenef et les esclaves aidés de Kennit en ont pris possession. Au prix d’un lourd tribu, Kennit réalise une partie de son rêve : posséder une vivenef. Il parcourt à présent les flots sur La Vivacia et continue d’arraisonner les transporteurs d’esclaves. Le sort de Hiémain et de Kyle est de plus en plus incertain.

De son côté, Althéa n’en mène pas large non plus. Elle doit trouver un moyen de rentrer chez elle à Terrilville. Heureusement dans le dernier port où elle a débarqué, la vivenef Ophélie est à quai. Althéa passe un accord avec son commandant qui doit faire route vers Terrilville afin de vendre sa marchandise. Mais, là-bas, de mauvaises surprises les attendent.

Les mauvaises surprises, c’est surtout Malta, la nièce d’Althéa, qui en crée à sa mère et à sa grand-mère. D’autant plus que depuis le départ de Kyle à bord de La Vivacia, la vie devient de plus en plus dure.

Alors que la tension monte entre Terrilville, le gouverneur et le royaume de Chalcède, les événements se précipitent et c’est sous l’œil attentif des serpents de mer qui se souviennent d’anciennes légendes que tout se met en place.

Robin Hobb, toujours égale à elle-même

Voici enfin le quatrième tome de cette saga. Après trois ans d’attente pour que la traduction française reprenne, c’est avec plaisir que l’on renoue avec Althéa, Brashen et les autres. Robin Hobb n’a rien perdu de son talent. Elle s’imprègne de plus en plus de ses personnages et les laisse évoluer au gré du vent et de l’histoire. Tout comme Fitz Chevalerie, ses personnages subissent des épreuves qui ne peuvent que les grandir. Le sort s’acharne sur eux mais ils savent faire face. Avec une plume fluide et agréable elle nous peint la psychologie de ses personnages avec une déconcertante facilité. Voici une saga médiévale un peu fantastique, ce n’est pas de la fantasy, qui ne saurait déplaire.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}