- le  

Cœur de glace

Patrick Pion (Dessinateur), Marie Pommepuy (Scénariste)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/12/2010  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Cœur de glace

Patrick Pion est né en 1976, dans l’est de la France. Il intègre pendant ses années de collège les cours des Beaux-Arts de Besançon. Il rejoint ensuite Paris et intègre l’Atelier Central Park de Mathieu Lauffray, Denis Bajram et Alex Alice. Il travaille sur l’album Tomb Raider – Dark Aeons chez Glénat puis en free lance dans l’illustration, participe entre autres à l’album collectif Vampires aux éditions Carabas, avant de sortir Chrome tout seul.

Marie Pommepuy est née en 1978 à Brest. Scientifique, elle fait des études dans l'illustration médicale et scientifique, mais suit aussi des cours d'art appliqué. Elle travaille pour la mode, la publicité et le dessin animé, avant de signer un album de bandes dessinées : Miss Pas touche.

 

Quête initiatique

 

Gerda a un ami : Kay. Le jour où celui-ci se fait enlever par la Reine des Glaces, elle décide de se lancer à la recherche du disparu. Mais le monde dans lequel elle vit n'est pas fait pour que les petites filles s'y promènent sans risques. Le chemin de la fillette se retrouve vite semé d'embûches.

Toutefois, si les grandes personnes – et parfois les enfants – se montrent méchantes, arrogantes et agressives, le secours lui vient chaque fois des laissés pour compte, de ceux qui n'ont plus rien et n’attendent de la vie que sa fin. Durant son périple, Gerda va apprendre, comprendre et grandir.

Mais Kay, lui, a-t-il grandi de la même manière qu'elle ?

 

Une belle reprise

 

À l'origine, cette histoire est un conte : La Reine des Neiges, de Hans Christian Andersen. Marie Pommepuy s'en est librement inspirée pour écrire le scénario de l'album. On y retrouve les personnages, mais surtout l'esprit et la morale que représente l'écrit d'origine. L'histoire est belle, grave, profonde, et le découpage, non linéaire dans le temps, permet d'apporter les réponses aux moments opportuns de l'aventure.

Le dessin est, lui aussi, intéressant quoique peu banal. Loin des orgies de couleurs, d'action et d'informatisation qui sont les normes actuelles de bien des ouvrages, Patrick Pion est retourné vers les sources de la bande dessinée, donnant à ses cases la plupart du temps de faux airs d'images d'Épinal. Un trait ferme et précis, presque cru, lui permet de renforcer l'horreur ou la beauté de la quête de Gerda avec une approche assez personnelle sans nuire à la qualité de l'histoire.

 

Il s'agit d'un livre hors du commun, aux dessins travaillés, qui nous renvoie aux histoires de base, aux contes de fées de nos ancêtres avec une vision nouvelle.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?