- le  

Copains comme cochons

Christophe Klimperei (Scénariste), Dankerleroux (Dessinateur)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/04/2008  -  jeunesse
voir l'oeuvre
Commenter

Copains comme cochons

Paru au lancement de la collection Tintamarre, en même temps que Monstres à tue-tête, cet album-CD respecte le format proposé par Milan Jeunesse : un CD de 14 chansons originales et un album avec les textes illustrés chacun sur deux pages pleines. Dans Copains comme cochons, il n’est plus question de monstres, mais de copains.  Un thème fédérateur propice à la rigolade. Les illustrations stimulent l’imagination des jeunes lecteurs et les textes permettent aux plus grands de chantonner les airs drôles du CD. Dans une ambiance sonore goguenarde et très colorée.

Auteur de plusieurs albums musicaux pour enfants, Christophe Petchanatz est ici le parolier, le compositeur et le chanteur. Le tout est interprété par le groupe Klimperei (« pianoter » en allemand) qu’il a créé en 1985.Un groupe très versé dans les fioritures sonores et les sons de jouets.  Dankerleroux, l’illustrateur, a réalisé de nombreux livres chez Milan ou d’autres éditeurs jeunesse.

Des copains à toutes les sauces

Une variation en mode mineur autour des copains : des copains de tous poils avec les « Z’oiseaux rares », « Comme cochons »,  « Copain d’avec les grands », des copains d’école avec « Malade imaginaire », « L’heure de la récré », « On veut des frites !», « Lulu superglu », des copains de loisirs avec « Au centre aéré », « Fanfare et tintamarre », des copains de quartier avec « Les loustics d’en face », des copains à domicile avec  « Mon ami invisible », des copains décalés avec « Mes ornithorynques ». Deux chansons paraissent un peu moins dans le sujet : « Tout énervés », « Copains d’biscottes ».

Le point de vue est celui d’un enfant « trop p’tit et trop grand » qui parle de ses copains, réels ou imaginaires. Le ton est toujours humoristique. « Je suis chef des confitures », « Pour glouter comme des goutons », « Les épinards, on dirait d’la purée d’lézard ». Un peu de scato pour se poiler cochons comme copains : « mes cocos, mes pipis, mes copines », « Sauf le petit Lucas qu’a envie de faire caca ».

Bon équilibre entre CD et album

Bien qu’un peu en-dessous des textes de Monstres à tue-tête (qui était d’une grande qualité d’écriture), les paroles sont bien choisies, inventives, intelligentes et moqueuses. Les musiques privilégient l’atmosphère et les sonorités. Les mélodies et les rythmiques, enfantines et enjouées, sont un peu mises au second plan. Le tout est très adapté à son public (fin de maternelle et début école élémentaire).

Cette fois-ci, on peut saluer l’équilibre entre musique et illustrations. Les dessins et les couleurs, cocasses, plaisantes et léchées, sont cohérents avec l’atmosphère musicale. La voix de Christophe Petchanatz est railleuse. Le ton est à la farce. Les petits détails graphiques, les arrangements et bruitages, bien trouvés, renforcent le burlesque de l’ensemble. Une courte « piste secrète » sur la fin du dernier morceau est entièrement constituée de sons de jouet.

On apprécie particulièrement « Copain d’avec les grands »  et « Fanfare et tintamarre ».

On sent que les auteurs ont pris plaisir à créer cet album, une joie communicative qui ravira les bambins. Milan Jeunesse a fait de bons choix. C’est un excellent album que vos enfants réécouteront volontiers. A vous de les accompagner ou de les laisser savourer seuls, livre en main, un CD fait pour eux.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?