- le  

De l'autre côté du lagon

Laurand ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/03/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

De l'autre côté du lagon

Laurand commence juste sa carrière d'auteur de bandes dessinées avec ce premier tome d'une série nommée Les Dérivantes. Auparavant il a gravité autour du monde du dessin et de la publicité, des journaux locaux jusqu'au cinéma.

Exil

Le monde est composé de milliers d'îles flottantes qui errent au sein d'un immense océan. Seuls quelques courageux traversent les eaux profondes pour rejoindre d'autres terres. Pour les autres humains, ils suffit d'attendre. Au hasard de leur route les dérivantes se croisent, permettant des échanges commerciaux ou des conflits inter-iliens.

Papille est une jeune fille qui vit seule avec sa mère, laquelle tient une taverne sur le port.  La vie était simple jusqu'à ce que son père soit enrôlé dans l'armée et disparaisse. Depuis, un oncle désagréable occupe en permanence une table, vide la cave et décide même d'épouser sa belle-soeur pour mieux s'installer.

La mère et la fille sont donc forcées de s'exiler de l'autre côté de l'île en rejoignant la tante de Papille qui vit près du maître de la dérivante. Mais autour du pouvoir de sombres complots se trament, un dragon s'est réveillé dans les profondeurs d'où sortent des gnomes voleurs de fleurs. Au milieu de tout ce monde, Papille se sent perdue et multiplie les gaffes, provoquant des drames parmi les grandes personnes animées de sentiments qu'elle ne peut comprendre.

Sympathique, mais déjà vu

L'ambiance est le point fort de ce premier tome. La bonne humeur qui ressort du récit - vécu avec les yeux et les réflexions d'une jeune adolescente un peu dépassée - apparaît décalée par rapport aux événements sombres qui parsèment les pages, depuis l'oncle aviné et libidineux jusqu'à l'exécution publique.

La naïveté du texte et la simplicité des images, souvent dépouillées, nous plongent dans l'univers de l'auteur que l'on suit avec plaisir dans son histoire dont nous ne comprenons rien de plus que cette jeune fille innocence et crédule.

Pas plus ? Hum, c'est vite dit. Car il se dégage constamment une impression de déjà-vu, on pense - la plupart du temps avec justesse - savoir ce qui se passera dans les pages qui suivent. Tout est là pour nous préparer à une histoire de fantasy comme une myriade d'autres : la femme au passé trouble et aux pouvoirs cachés, le monstre invisible et mortel, le tyran sanguinaire mais amoureux, le sorcier qui vit caché sous terre, les gnomes, les fleurs étranges, etc...

Bref, le tome est sympathique et beau, mais en le refermant il reste un goût de manque, une sensation de vacuité du propos qui est regrettable pour une réalisation qui est  - mis à part cela - de fort bonne qualité.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?