- le  

Eater 1

Cycle/Série : 
Langue d'origine : Japonais
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 03/07/2008  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Eater 1

Également auteur de la série en neuf tomes Desert punk, Masatoshi Usune commence, avec Eater, un manga exigeant.

La medium et le metis

Aoko, jeune "mediam" en apprentissage, a la capacité d'interagir avec les esprits. Une nuit, elle assiste à un duel à mort entre deux monstres dont l'un est blessé en voulant la protéger. L'ayant ramené chez elle pour le soigner, elle apprend qu'il s'agit d'un être hybride, mi-humain mi-extraterrestre, qui cherche à se venger de ses semblables. Ceux-ci utilisent en effet la terre comme un garde-manger et une pouponnière tout à la fois, puisqu'ils se nourrissent de chair humaine et se reproduisent en ensemençant des terriennes. Benimaru, lui, a gardé son humanité et traque les siens, notamment son père. Un combat haletant s'engage alors, sur fond d'amitié naissante entre les deux jeunes gens.

Un coup de crayon entre précision et illustration

Réservé à un public averti, Eater étonne par son mélange des styles. Les scènes de combats, très sombres et extrêmement pointues dans le dessin, alternent avec des passages beaucoup plus légers où les émotions sont figurées sans s'embarasser de détails. On retrouve un peu là le coktail des derniers tomes de Gunnm Last Order de Yukito Kishiro. Si l'alternance des genres surprend plus d'une fois, les apparitions d'Aoko ont en tout cas le mérite d'apporter des respirations bienvenues dans un manga qui serait sinon très sombre.

Si, sur le fond, l'histoire n'est pas des plus originales, la maîtrise des scènes d'actions et l'humour que l'auteur sait instiller au cœur des situations les plus prenantes valent la peine qu'on s'y attarde. La psychologie des personnages et leurs histoires personnelles, à peine effleurées dans ce premier tome, promettent d'intéressants développements dans les trois tomes suivants de la série, terminée au Japon.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?