- le  

Fendragon

Benjamin Carré (Illustrateur de couverture), Michel Demuth (Traducteur), Barbara Hambly ( Auteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 28/02/2006  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Fendragon

Barbara Hambly a quatorze romans traduits en français, depuis du roman vampirique steampunk (Sang d'Immortalité, prix Locus 1989), en passant par le roman de terreur (la trilogie Darwath), au roman dérivé de La Guerre des Etoiles ( La Guerre des Etoiles, 1999, Les Enfants du Jedi, 1998), et à la fantasy, avec Fendragon,  qui a remporté le prix Julia Verlanger en 1992. Parmi ses nombreux romans non traduits, figurent une suite à Fendragon, Dragonstar (2003), d'autres romans de fantasy (tel Sisters of the Raven, 2005) et plusieurs romans historique/politiques (Patriot Ladies, prévu pour janvier 2007, The Emancipator's wife, 2005). La sortie d'un autre roman en VO, Renfield, est prévue pour septembre 2006.

Le retour du héros

Jenny Waynest mène une vie bien tranquille dans son petit village perdu, dans un coin du Royaume que les forces royales ont oublié de visiter (et accessoirement de défendre) depuis des décennies... Mais dans ce village vit également quelqu'un de parfaitement unique : un tueur de dragon, le seul encore vivant. Lorsque près de la capitale un dragon commence à faire des siennes, devinez qui le roi envoie chercher ? Mais ils vont découvrir que le Royaume a des problèmes bien plus profonds qu'un simple dragon ravageant quelques récoltes...

Ca commence bien...

Le début de l'histoire est prometteur. Barbara Hambly prend le temps de poser des personnages attachants, et d'éclairer suffisamment l'histoire du Royaume pour que son récit et les réactions de ses personnages soient crédibles. Son tueur de dragon est loin d'être comme l'attend le jeune homme qui vient le chercher, loin de toutes les images de héros au corps musclé et bronzé, ou de chevalier en armure étincelante, et toute la partie dans le petit village est tout à fait réussie, et, de nouveau, crédible. Malheureusement, la suite du roman, trop classique, ne suit pas toutes ces promesses, même si elle reste un tout à fait honorable récit d'héroic fantasy. La méchante de service remplit parfaitement le cahier des charges de l'enchanteresse maléfique, jusqu'au moindre paragraphe, et il semble que l'auteur ne tente de lui donner de l'épaisseur qu'à contrecoeur. Idem pour le dragon : le lecteur a une impression tenace de déjà lu...

Et cela finit pas trop mal...

Reste un petit roman bien écrit, bien rythmé, qui se lit extrêmement bien (et c'est déjà pas mal), et qui pourrait bien servir de lecture légère pour l'été (ou le métro) à tout amateur de fantasy...

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?