- le  

Freaks of the Heartland

Steve Niles (Scénariste), Philippe Touboul (Traducteur), Greg Ruth (Dessinateur)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/12/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Freaks of the Heartland

Né en 1965, Steve Niles est l'auteur du désormais classique Trente jours de nuit adapté récemment à l'écran. Un film qui cache en fait une impressionnante biographie. L'homme est autant scénariste que musicien et entrepreneur. Côté musique, il a notamment participé à Gray Matter et Three. Pour sa casquette d'entrepreneur, il a d'abord commencé par se publier dans sa propre compagnie : Arcane Comix avant de travailler pour les plus grands (Todd McFarlane, Michael Bendis, Marvel et DC Comics notamment). Il a également monté la société Creep International avec Rob Zombie. Pour Freaks of the Heartland, il est associé à Greg Ruth, un dessinateur un peu touche à tout dont vous découvrirez le style sur son site internet : http://www.gregthings.com.

Gristlewood Valley et son secret

A Gristlewood Valley les gens ne sont guère bavards. Ce petit village rural au fin fond de l'Amérique vit replié sur lui-même et sur son secret. Il semble qu'un jour toutes les habitantes aient accouché au même moment de bébés véritablement monstrueux. Une vraie malédiction pour toutes ces familles, même si elles sont nombreuses à ne pas avoir eu le courage (ou la lâcheté) de les abattre. Depuis, chacun soupçonne l'autre de garder un monstre dans son garage et une chape de tristesse et de résignation s'est abattue sur Gristlewood Valley. Une situation à laquelle n'échappe pas la famille de Trévor. Ce petit garçon est régulièrement en butte à l'autorité de son père, ses colères, ses coups et son alcoolisme latent. Jusqu'au jour où celui-ci parle de tuer son petite frère qui vit enchaîné dans la grange. C'est alors le temps de la révolte pour Trévor et les monstres !

Un peu vide

Avec Freaks of the Heartland, Steve Niles joue sur la différence, l'acceptation de l'autre, ce qui fait un être humain et comment la bêtise humaine peut attiser la haine par peur et incompréhension. Un thème qu'il exploite dans un décor assez oppressant et glauque. La violence du père et son alcoolisme sont d'autant plus terrifiants que le personnage est particulièrement étroit d'esprit. Voilà qui offre quelques scènes particulièrement réussies en terme de suspens et d'angoisse, bien servies par le dessin de Greg Ruth qui a choisi des lavis verdâtres pour la mise en couleur. Son trait lui-même n'est pas très clair, ajoutant souvent des ombrages sombres sur ses visages. L'ensemble est visuellement assez saisissant.

Pour autant, Freaks of the Heartland est un peu vide au niveau du scénario. Le thème en lui-même est battu et rebattu même s'il est bien exploité ici. Mais ce qui pêche, c'est une histoire trop courte et trop légère. Tout est en place pour que l'on ait une grande BD pleine de drames et de rebondissements. Malheureusement tout cela tombe un peu à plat, les pistes évoquées par Steve Niles n'étant que très peu développées. Par exemple ses "monstres" semblent doués de capacités exceptionnelles (en vitesse ou en ouïe) mais elles ne sont qu'assez peu exploitées, nous laissant sur notre faim. Même chose pour les personnages qu'il ne fait qu'esquisser. En dehors de Trévor et de son frère, les autres n'apparaissent que comme des figurants. Bref tout ceci a un goût d'inachevé. Dommage.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?