- le  

Fugues

Lewis Shiner ( Auteur), Jean-Pierre Pugi (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 05/05/2014  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Fugues

Lewis Shiner est un auteur américain. Né en 1950, il développe son art dans le genre de la science-fiction, de la fantasy, mais aussi dans le thriller. Après des nouvelles traduites en France, c’est au tour de son roman Fugues d’être traduit. Ce roman sera récompensé par le prix World Fantasy du meilleur roman en 1994.

Deuil et musique.

Ray Shackleford est un réparateur de matériel hi-fi. Sa petite vie monotone, avec son chien et sa femme, est bouleversée le jour où son père décède. La nouvelle pourrait paraître banale pour Ray qui n’a jamais, semble-t-il, été apprécié de son père, et qui s’en est accommodé. Mais il n’en est rien ! Il devient alors impossible de s’expliquer, et de trouver des réponses à ses questions de môme...

Il continue alors de vivre, plongé dans l’alcool, scotché aux enceintes de sa chaîne hi-fi qui joue continuellement des grands classiques du rock. Seul moyen qu’il a trouvé pour échapper à la triste réalité qu’est sa vie sentimentale et sexuelle, et au deuil de son père qui le travaille en profondeur.

Mais lorsqu’il découvre par inadvertance qu’il est capable, grâce à une projection de son esprit, d’enregistrer des versions inédites des chansons de ses groupes favoris depuis longtemps disparus, sa vie basculera. Épaulé par Graham Hudson, à la tête de Carnival Records, il acceptera d’enregistrer des albums mythiques qui n’ont pas vu le jour correctement…

Mais ces projections auprès de ses stars préférées resteront-elles sans conséquence ?

Étonnant.

Lewis Shiner fait le pari de mêler science-fiction, rock, et deuil. Si cela peut paraître osé au premier abord, la mélange prend bien !

Bourré de références sur le rock, l’envie de lire le livre avec chacun des morceaux en fond sonore est bien présente. On va jusqu’à ressentir une certaine frustration de ne pas avoir accès aux pépites musicales que Ray recompose en visitant le passé.

Si l’alchimie prend bien, les deux grandes intrigues finissent par mal s’équilibrer. La part belle est laissée aux voyages musicaux de Ray, mais son deuil et sa vie de famille chaotique sont finalement relégués au second plan.

Le livre souffre de plus de chapitres mal équilibrés. Si les voyages dans le passé sont toujours bien décris et construis, la vie du narrateur et les recompositions des moments importants prennent parfois trop de place et de longueur. Le lecteur s’impatiente quelque peu lors de ces passages.

Finalement, l’ensemble est bien construit, sonne juste, et la fin permet au lecteur de ne ressentir aucune frustration. Chaque fugue dans le passé est un moyen pour Ray d’affronter le présent avec plus de lucidité et de maturité.

Ce livre est une vision originale de la période de deuil, écrit avec une belle plume, de la finesse et de la psychologie, et de la passion pour le rock de ces années. À recommander à tous les amateurs de la période, et à ne pas prendre comme un livre de science-fiction à part entière.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}