- le  

Futur 4

Juanjo Guarnido (Illustrateur de couverture), Eric Stalner (Dessinateur), Pierre Boisserie (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/09/2008  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Futur 4

Pierre Boisserie et Eric Stalner continuent de tenir les délais dans la production de leur énorme série en treize volumes : Voyageur. Avec le quatrième tome se termine le volet futuriste de cette histoire de voyage temporel complexe et pleine de rebondissements.

Tout est en place !

Les deux frères sont désormais séparés. Prisonnier de son père, Fish résiste à la torture et refuse de se laisser utiliser pour apporter aux dirigeants du monde la puissance et l'avenir qu'ils désirent.
Pendant ce temps Lou prépare un assaut contre le palais du dictateur. Il veut libérer Fish... Mais tout ne se passe pas comme prévu et peu à peu le voile qui cachait encore certaines vérités se déchire. Qui est Markovic ? Qui est Juliane ? Et surtout... Qui est le Voyageur ?
Les réponses parcellaires et peut-être fausses qu'obtiennent les jeunes héros ne pourront être confirmées que dans leur avenir... qui se situe dans le passé de leur monde.

Du solide !

Boisserie s'est lancé un défi incroyable : réaliser cette saga immense et compliquée avec un scénario en béton. Et jusqu'ici, la réalisation en est époustouflante. Les rebondissements arrivent sans arrêt, tous plus évidents mais imprévisibles les uns que les autres. L'histoire arrive à nous surprendre tout en gardant une cohérence d'ensemble qu'il n'est pas possible de mettre en défaut.
Bien sûr, l'histoire n'en est qu'au tiers de sa réalisation et il se peut que l'aventure s'essouffle. En attendant, Boisserie nous transporte et nous secoue dans le chemin tortueux de l'aventure du Voyageur.

Stalner termine, lui, son travail dans cette série avec ce tome. Il passe la main mais sans avoir démérité. Graphiquement, il réussit à soutenir l'histoire sans l'écraser. Il dessine un futur terne et amer dans le style des Eaux de Mortelune mais qui laisse une place au rêve et à l'avenir.
Il n'hésite ni à montrer les souffrances et la mort, ni à tracer des possibilités d'un futur riche et ouvert. Tant ses personnages que les décors dans lesquels ils évoluent sont nets, crédibles et vivants.

Cette série continue donc de tenir le haut niveau qu'elle a depuis son début.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?