- le  

High-Opp

Gérard Klein (Postface), Frank Herbert ( Auteur), Patrick Dusoulier (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 18/09/2014  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

High-Opp

Frank Herbert est un écrivain américain fondamental dans le paysage de la science-fiction. Auteur du cycle magistral Dune, Frank Herbert écrira beaucoup d’autres romans tels que La Mort blanche, Le Monstre sous la mer (réédité sous le titre Le Dragon sous la mer), des recueils de nouvelles tels que Champ mental ou Les prêtres du Psi ainsi que deux autres cycles : le cycle du Programme conscience et le cycle des Saboteurs.

Auteur de génie il recevra d’ailleurs de nombreuses distinctions, notamment le prix Hugo et le prix Nebula. High-Opp est un de ses premiers romans, refusé à l’époque par son éditeur mais publié à titre posthume. 

« La Question :

Pour des raisons d’économies fiscales, seriez-vous en faveur de l’élimination du département surnuméraire du Liaitor ?

Oui : 79,238 pour cent.
Non : 0,647 pour cent.
Ne sait pas : 20,115 pour cent.

Puisse la Majorité toujours diriger. »

Des sommets High-Opps aux Terriers séparatistes

Après des décennies de troubles et d’agitation notre planète est dirigée par un gouvernement mondial. Il est composé de plusieurs bureaux et tire sa légitimité (apparente) de sondages quotidiens proposés à la population. Cette dernière doit se plier à la Majorité. Daniel Movius est le Liaitor, l’homme chargé d’assurer la bonne entente et la communication entre ces divers bureaux. C’est un poste à haute responsabilité, un poste de High-Opp

Mais un jour le voici déchu de ses fonctions élevées par un rival. Désormais Low-oppé (rétrogradé) il doit se résoudre à partir vivre dans les Terriers, les espaces où vivent les Lows-Opps, frange de la population occupant des rangs subalternes. Confronté aux Séparatistes, désormais instruit et échaudé à cause de sa propre chute, Movius va alors commencer un étrange parcours pour tenter de retrouver sa place au sommet.

Un formidable jeu de piste, qui semblera peut-être trop daté pour certains

Ce roman constitue un travail incroyable et précurseur, éclairant le lecteur sur les influences et thématiques chères à F. Herbert et sur la poétique qu’il développera par la suite. De Philip K. Dick à van Vogt en passant par Asimov les influences sont perceptibles et se suivent avec plaisir. La lutte contre la tyrannie, l’oppression (et la bureaucratie), l’homme providentiel, sauveur et charismatique, la méfiance envers un système centralisé…sont tout autant de thèmes familiers pour les lecteurs de Frank Herbert.

Mais en choisissant de mettre ainsi en scène certaines notions trop abstraites, et en respectant certains codes littéraires et éditoriaux de l’époque (un certain puritanisme voire pudibonderie), le texte semble invariablement ancré dans son époque. Difficile pour le lecteur d’apprécier alors pleinement les relations entre Movius et son ex-fiancée Cecilia ainsi que sa femme Grace.

Saluons également au passage le travail du traducteur qui a su rendre, traduire et actualiser avec brio l’américain des années 1950 et retranscrire le style de Frank Herbert.

En définitive High-Opp saura probablement conquérir les aficionados d’Herbert mais aura peut-être plus de mal à séduire un lectorat « novice ».  

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}