- le  

Is la blanche

Jean-Luc Istin (Scénariste), Jacques Lamontagne (Dessinateur), Thierry Jigourel (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/08/2006  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Is la blanche

Amoureux des traditions bretonnes en tout genre, Jean Luc Istin est à l’origine d’un bon nombre de BD tournant autour de l’univers celte. Il est le directeur de la collection Celtic chez Soleil. C’est à lui qu’on doit la resurgence des contes celtes et bretons dans la BD.
Jacques Lamontagne est un jeune dessinateur qui fait ses débuts dans la BD avec cette histoire sur les druides.

Les dernières heures d’Is


Depuis quelques temps déjà des moines sont retrouvés décapités, avec un pieu planté dans le corps, dans toute la Bretagne Armoricaine. Des oghams ont été dessinés sur les pieux. Les druides sont donc accusés et montrés du doigt. Une chasse aux sorcières commence. Pour lever le mystère sur ses meurtres et pour éviter l’extermination totale des derniers druides, frère Gwénolé demande au druide Gwenc’hlan de mené l’enquête.

Cette enquête va mener Gwenc’hlan et son élève dans la légendaire ville d’Is. Is la majestueuse, Is la Blanche. Protégée par des murailles et fermée par 12 écluses, elle fait face à la mer au large de la baie de Douarnenez. Alors que dans toute la Bretagne insulaire la religion du Dieu Unique prend de plus en plus d’importance, Is est résolument dévouée aux anciens Dieux. Dahu, fille du roi Gradlon, qui gouverne cette ville semble elle aussi tournée vers les anciens cultes et l’antique magie.
C’est dans cette ville païenne, de débauche et de luxure que le druide Gwenc’hlan va affronter un des membres d’une secte, l’Impérium Dei, qu’il soupçonne d’être les responsables de ces meurtres. Autour de ces derniers plane la traduction d’un texte ogamique faisant allusion à la lance légendaire du Dieu Lug.

Une BD imprégnée de mer et de sel

Avec cette histoire relatant le crépuscule des druides, Jean Luc Istin montre, une fois de plus, qu’il connaît bien les légendes et le terroir Breton. En effet, par des petites allusions dans le texte au miracle de Gwénolé mais aussi en décrivant l’attitude de Dahu ou en faisant arriver le seigneur à la barbe rouge, il prouve que la légende de la ville d’Is ainsi que son engloutissement ne lui sont pas inconnus. Ce fond historico légendaire, lui sert d’appui pour développer son intrigue. Intrigue qui ressemble un peu à celle du Nom de la Rose d’Umberto Ecco. En effet, il y est question de meurtre de moines et d’un mystérieux livre.
Coté dessin Jacques lamontagne n’est pas en reste. Il arrive à rendre parfaitement l’atmosphère du récit. Que ce soit la colère des gens suite à la découverte des meurtres ou l’ambiance bien particulière de la ville d’Is, Jacques Lamontagne a un véritable talent. Certaines planches sont somptueuses, l’arrivée sur la ville d’Is est à couper le souffle. Ses débuts en tant qu’infographiste transparaissent dans certaines planches. Cependant ses personnages restent toujours un peu statiques dans leur déplacement même s’il y a une amélioration par rapport au premier tome.
Voici une BD qui ravira les amoureux de la Bretagne et de ses légendes et qui permettra aux autres de les découvrir.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?