- le  

L'Amour a ses raisons...

Wilfrid Lupano (Dessinateur), Yannick Corboz (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/05/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

L'Amour a ses raisons...

Né en 1971, Wilfrid Lupano est passé par la case jeux de rôle avant de se lancer dans la bande dessinée. Une orientation qui lui a valu de scénariser Little big Joe, l’excellent Alim Le Tanneur et L’ivresse des fantômes. Pour Célestin Gobe-La-Lune, Wilfrid Lupano est accompagné de Yannick Corboz, pour qui c’est le premier album.
 
Doux rêveur.
 
Abandonné à sa naissance, Célestin est devenu un jeune homme bien fait de sa personne, poète à ses heures, fainéant comme une couleuvre et surtout utopiste. Son rêve : trouver une dame de haute naissance à épouser. Malheureusement, s’il rencontre un certain succès auprès des jeunes filles, Célestin accumule les échecs entre les pères jaloux, les belles qui ont des revers de fortune et les propriétés aux chiens de garde un peu trop vigilent. La chance semble lui sourire lorsqu’au terme d’une course poursuite, il tombe dans le bateau d’une belle princesse... Mais encore faut-il conquérir son cœur. Pas facile quand on vit dans la misère et que l’on n'a pas de quoi payer sa logeuse.
 
Un excellent premier tome.
 

Célestin Gobe-La-Lune est un bonheur. La BD tient à ce personnage haut en couleur et férocement attachant. Une sorte de tartuffe doublé d’un Dom Juan utopiste et profiteur. Un arriviste poétique dont on rit à chaque péripétie et qui est entouré par une galerie de personnages surprenants. Le résultat est donc une réussite sur le plan du scénario et l’on est impatient de découvrir la suite. Côté dessin, le style semi-réaliste de Corboz a le mérite d’être efficace. Ses visages et ses couleurs sont plutôt doux et chaleureux, collant bien aux rebondissements du scénario et aux moments poétiques de Célestin. C’est d’autant plus flagrant lors des scènes qui se passent en extérieur la nuit. Il a choisit un bleu soutenu et assez profond pour rendre l’ambiance assez douce de l’histoire. Seuls quelques petits défauts sont visibles ça et là dans les planches, notamment dès que visuellement on s’éloigne de l’action. Néanmoins, il s’agit là de son premier album, soyons indulgent. D’autant que le résultat est réussi et plutôt intéressant. Vivement la suite ! 

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?