- le  

L'amour est une protéine

Choi Kyu-sok (Scénariste, Dessinateur), Baek Hye-ri (Traducteur)
Langue d'origine : Coréen
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/04/2006  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

L'amour est une protéine

Après le manga, voici l'arrivée du Manhwa en France. Il s'agit en fait de la bande dessinée coréenne qui vit dans son pays un véritable essort. Rien d'étonnant donc à ce que l'on voit les éditeurs français commencer à en importer en France. Casterman y consacre même une collection dont L'amour est une protéine est le deuxième titre. Un album qui est en fait un recueil de Choi Kyu-sok, un jeune auteur primé dans son pays et dont certains ont pu lire chez Kana son premier titre traduit en français en 2003 : Nouilles Tchajang.

Le drame d'une famille de poulet.

Avec ce recueil, Choi Kyu-sok explore et dénonce les travers de ses contemporains. Surtout il met en lumière leur cruauté et leur manque de recul. Le premier récit raconte par exemple comment un poulet est réduit à vendre son fils pour essayer de survivre. Une situation absurde et drôle qui cache bien sûr un malaise. Un malaise qu'on retrouve donc tout au long de L'amour est une protéine, que ce soit dans le combat d'un jeune homme contre des promotteurs immobiliers (Ma décision), la cruauté d'un enfant qui joue avec un handicapé mental (Cocaman) ou dans le conservatisme des chefs d'une peuplade primitive qui préfèrent maintenir la population dans son ignorance plutôt que de l'instruire et de perdre son pouvoir (Aiguille de Pin). Et si l'on rigole parfois au fil de ces récits, c'est souvent jaune.

Pour les curieux et les autres

Il faut sans doute une bonne dose de curiosité pour lire ce recueil. Après tout, le Manhwa n'est pas encore très développé en France. Mais les curieux seront récompensés. D'abord parce que L'amour est une protéine a le mérite de présenter plusieurs styles graphiques différents au fil des récits. Choi Kyu-sok a une belle palette de talents, passant tour à tour du noir et blanc le plus dépouillé à des histoires tout en ombres voir pour au moins deux d'entre elles jusqu'à la mise en couleur. On appréciera surtout la sensibilité de cet auteur qui transparait dans ses intrigues. Elles lui servent de porte-voix pour dénoncer l'absurdité du monde. Bravo. On est séduit !

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?