- le  

L'équation de la vie

Jean-Marc Ligny (Traducteur), Simon Morden ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 15/01/2014  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

L'équation de la vie

Simon Morden, docteur en géophysique, est un spécialiste en fusée. Ce scientifique de formation s’est dirigé assez naturellement vers l’écriture de science-fiction. Voilà maintenant plus de dix ans qu’il publie des textes, et c’est avec sa trilogie à succès Métrozone qu’il se fera connaître largement du public.

Apocalypse + survie + destruction + intelligence artificielle.

En voilà un beau combo. Samuil Petrovitch, immigré russe, est un chercheur en science. Notons tout de même que notre protagoniste a un cœur hautement fragile. Alors forcément, quand il s’attire des ennuis, qu’il lui faut prendre la fuite, il met lui-même sa propre vie en jeu.

Mais quand il sauve d’un kidnapping, de manière tout à fait fortuite, une jeune et jolie Japonaise, ce n’est que le début des embrouilles. Enlever de la main de la mafia russe la fille du chef des yakusas, il n’y avait pas meilleure manière de réduire ses chances de survie à néant. Pour quelqu'un dont la règle de vie est de ne jamais s'impliquer, c'est rappé.

Cependant c’était sans compter sur cette bonne sœur, préposée à la protection d’un prêtre, qui manie les armes à feu comme personne. Avec son aide, peut-être bien que les chances de survie passent du néant à trois fois rien.

Hélas, lorsque cette intelligence artificielle, qui se fait appeler le nouveau Jihad de la machine, prend le contrôle de la métrozone, la logique et les connaissances de Samuil ne seront certainement pas suffisantes pour s’en sortir vivant.

Je vous ai perdu ? Pourtant, j’ai retiré un bon nombre d’inconnus de cette équation. Mais les équations de la vie peuvent-elles être réduites à si peu de choses ?

Frénétique.

Soyons honnête : ce livre qui semble partir dans tous les sens n’est en fait que le fruit d’une construction efficace, complexe, et particulièrement originale !

Le protagoniste, Samuil, est le centre même du livre. Cet étudiant chercheur qui cherche à traverser la vie sans encombre n’est pas au bout de ses peines. Il sera le fruit d’une machination plus forte que lui, qui le mettra sur le devant de la scène. Mais est-ce en lien avec son passé mystérieux, dont il ne dévoile rien, mais qui laisse présager des forces surhumaines ?

Le monde post-apocalyptique est bien décrit, et le Londres de cette période semble prendre une vraie dimension entre les mains de Simon Morden. Si l’action omniprésente, les révélations, et l’intensité de la fin du livre semble entraîner un certain lâcher-prise de la part de l’auteur (entraînant alors l’apparition de certaines petites incohérences dans le monde dépeint), l’ensemble reste suffisamment convaincant pour s’y croire totalement.

Le personnage de Samuil est très original, et prend en complexité au fil du livre. Tant de mystères semblent planer autour de lui, et rien que pour en découvrir un peu plus le personnage l’envie de lire la suite est présente.

Mais ce qui fait la richesse de ce livre est l’intrication efficace de tant de sujets : entre Samuil, son génie d’amie qui découvre des équations incroyablement puissantes, les yakusas et la mafia russe, la nonne amoureuse, la police corrompue et le flic teigneux, l’intelligence artificielle qui contrôle la métrozone, il n’y a pas moyen de s’ennuyer.

Une fois le livre terminé, on en redemande. On veut retourner dans cet univers riche et immersif. On veut suivre les péripéties de Samuil.

Vite la suite !
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}